Elsasser Wurtzle

Généalogie, histoire & chronique familiale

Galériens et bagnards [3]: SCHWAB François Joseph

forcat2En décembre 2011, je découvre le nom de trois Schwab envoyés au bagne sans autre indication que la date de condamnation.  Après réception des documents relatifs à la déportation de François Joseph, je dois bien me rendre à l’évidence:  c’est un gamin du huitième arrondissement de Paris. Aucun lien direct avec les Schwab pressentis.

Ces documents me sont inutiles et plutôt que de les ranger dans un tiroir où ils ne serviront à personne, je préfère encore rédiger un court billet avec les informations en ma possession.

L’histoire du bagnard SCHWAB François Joseph est assez ordinaire. Ce n’est ni un assassin, ni un tortionnaire, mais de malheureux concours de circonstances le placent sur de mauvaises voies.

Ainsi, le 16 avril 1856 alors que la fin de la guerre de Crimée est encore dans le top ten des conversations, il a 15 ans et est déjà condamné à six mois de prison par le tribunal de Paris pour vol. Vol d’argent, d’effets, de nourriture? On n’en sait pas plus…

Le 14 octobre de l’année suivante, il écope du même tribunal, trois mois pour vagabondage et escroquerie.  Là, c’est plus clair!

Le 23 mars 1860, la veille du traité de Turin donnant le duché de Savoie et le comté de Nice à la France, il est à nouveau condamné à trois mois pour vagabondage, mais à Bourg.

Toujours pour vagabondage, il est condamné à Paris, le 1 août 1860 à trois mois, mais il est  également placé à sous surveillance de la haute-police pour une durée de cinq ans.

Le 27 septembre 1861, c’est une première condamnation au tribunal de Paris, pour rupture de ban:  à la clef, quatre mois.

Le 25 février 1862,  c’est deux ans pour vol qui est jugé à Paris et je suppose qu’il est arrêté à Moulins, car une autre rupture de ban y est prononcé  le 5 mars 1862 qui lui offre un bonus  supplémentaire de six mois au frais.

Le 26 septembre 1862, au tribunal correctionnel de Bourg, il est à nouveau condamné pour rupture de ban à deux mois.

Malheureusement, l’article 1 du décret de 1851 alourdit considérablement la peine: » Tout individu placé sous la surveillance de la haute-police, qui sera reconnu coupable de rupture de ban, pourra être transporté, par mesure de sûreté générale, dans une Colonie pénitentiaire, à Cayenne ou en Algérie. La durée de la la transportation sera de 5 années au moins et de dix ans au plus. »

-Ce sera 10 ans !

Il reçoit le matricule 2359 et sa fiche de transportation le destine pour le bagne de Cayenne. François Joseph a maintenant 24 ans et sait que sa libération ne prendra pas fin avant le  26 novembre 1874.

Grace à ce document, nous avons de lui, une description physique:  » 1m58, cheveux blonds, front découvert, yeux gris-bleus, nez moyen, bouche grande, menton rond, visage rond et teint coloré ». Le même document précise qu’il n’a aucun signe particulier, qu’il était sans domicile fixe et que l’adresse de son papa, Jean François Schwab, n’est pas connue et que sa maman, Françoise est décédée.

A sa libération, il retourne à Paris, trouve un travail de monteur en bronze, s’y marie et fonde un foyer. Il décède dans la capitale à l’âge de 60 ans.

—————————————۝—————————————

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 10 juillet 2013 par dans Galériens & bagnards, Schwab, et est taguée , , .

Catégories

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 212 autres abonnés

Member of The Internet Defense League

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 212 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :