Elsasser Wurtzle

Généalogie & chronique familiale

Ambrotypes et autres photographies sur plaques de verre: numérisez-les sans avoir recours à un professionnel !

Daguerreotype

Vous avez trouvé dans votre grenier de vieilles plaques photographiques en verre et vous vous demandez bien combien cela va vous coûter pour les développer ou les numériser ?

Pas de panique, si vous disposez d’un bon scanner et d’un peu de temps, vous pouvez le faire vous-même!

C’est précisément mon occupation présente et je me retrouve avec un nombre considérable de plaques à scanner avec des difficultés variées et il est de bon ton de prévoir une restauration logicielle car le support physique est parfois endommagé (plaques tachetées, rayées, brisées etc).

Outre de grandes différences de format de plaques, il existe également des disparités dans l’épaisseur et donc une fragilité proportionnelle. Ce ne sont pas les seuls éléments distinctifs, puisqu’il y a également des technologies différentes  (au collodion, au gélatino-bromure d’argent, à l’albumine, les ferrotypes, les autochromes, etc.)

Certaines plaques sont "négatives", d’autres "positives" et il y en a même des stéréoscopiques permettant une vision 3D!

J’ai eu également le cas ou de la peinture était disposée sur la plaque pour détourer une personne, probablement pour l’isoler en vue d’un tirage façon portrait.

N’étant pas un professionnel de la photographie et n’ayant pas envie d’investir dans toutes les solutions existantes pour entretenir et manipuler ces plaques, j’utilise de l’eau déminéralisée, de l’alcool et un chiffon doux pour nettoyer brièvement, mais l’opération est fastidieuse et le résultat n’est franchement pas des plus spectaculaires.

Côté scanner, ce n’est pas non plus le top, puisque j’utilise une imprimante multifonction d’entrée de gamme: une Canon MP280 qui curieusement, après quelques tests, fait plutôt bien l’affaire!20130913_190505

L’appareil est réglé au minimum en 600 dpi  voire plus, en prévision des retouches ultérieures avec un logiciel de type Photoshop ou Gimp.

Le premier problème que l’on rencontre, est que  certaines plaques avec une utilisation normale du scanner restent illisibles: trop sombres.  J’ai contourné ce problème, simplement en laissant le couvercle du scanner ouvert, permettant ainsi à la lumière du soleil faire son oeuvre.

Même si le résultat n’est pas forcément parfait, le logiciel de retouche photographique fera le reste en jouant sur les nivaux ou le contraste. Finalement, si ce n’est pas du grand-art, ce que j’obtiens reste tout à fait acceptable.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 13 septembre 2013 par dans Actualités, et est taguée , , , , , .

Catégories

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Joignez-vous à 158 followers

Member of The Internet Defense League

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 158 followers

%d bloggers like this: