Elsasser Wurtzle

Généalogie, histoire & chronique familiale

Thème 1914-18✒ Un poilu d’en face: Joseph BIHLER

Avec le centenaire de la  guerre de 14-18, la majorité des généablogueurs  surfent sur ce thème en honorant la mémoire des poilus. L’Alsace- Lorraine  étant à cette époque rattachée au Reichsland, je vais essayer de contribuer à ma façon, bien timidement, avec  des « poilus » d’un autre genre, puisque dans le camp adverse !

Plutôt que de célébrer la guerre, je fais le choix de dresser une présentation (malheureusement bien succincte en raison de la pauvreté des documents en ma possession), sous la forme d’un  portrait d’une vie trop courte, permettant ainsi à un membre de ma famille, d’échapper provisoirement à l’oubli.

 » L’ennemi est bête : il croit que c’est nous l’ennemi, alors que c’est lui ! » Pierre DESPROGES

Joseph Keller naît à Mackenheim dans l’arrondissement de Sélestat, le samedi 2 mai 1891. Une naissance qui s’est déroulée au domicile de sa grand-mère maternelle avec l’aide d’une sage femme.  Son papa, Alphonse Bihler et sa maman, Félicité Keller, ne sont pas encore mariés et il s’agit-là du premier enfant du couple.  Du moins, c’est ce que la famille avait toujours pensé.., jusqu’à la découverte d’un enfant mort-né, une année avant la naissance de Joseph.

L’année suivante,  le 26 novembre 1892, ses parents s’unissent dans cette même commune alors qu’ils vivent habituellement à Richwiller dans le haut-Rhin où Alphonse exerce le métier de boucher dans la boucherie-charcuterie  où il a effectué son apprentissage et qui est gérée par la famille Vogt.  Joseph Keller devient Joseph Bihler par l’union de ses parents. C’est l’année où deux jours fériés supplémentaires sont offerts à l’Alsace-Lorraine: le vendredi saint et  la saint-Etienne (le 26 décembre).

Enfant, tout le monde l’appelle  « Seppala », ce qui se traduit affectueusement en alsacien par « petit Joseph ». C’est à Richwiller, qu’il grandit et vers huit ans, alors que ses parents lui ont donné deux frères et deux sœurs, tous quatre nés dans cette même commune, un changement de résidence s’impose et il se retrouve à Artolsheim distante de seulement trois kilomètres  de Mackenheim  (son lieu de naissance). La nouvelle maison sera le lieu de travail de son papa qui y implante son atelier de boucher  dans des dépendances jouxtant une cour étroite, pendant que sa maman tient désormais un restaurant qui occupe le rez-de-chaussée. L’étage étant composé principalement de chambres.

La fratrie née à Richwiller se compose comme suit:

  • FAlphonsine BIHLER 1893-1977
  • H Alphonse BIHLER 1894-1916 (Celui pour qui j’ai consacré une série de billets)
  • H Charles Alphonse BIHLER 1895-1946
  • F Charlotte BIHLER 1897-1979 (ma grand-mère)

BIHLER Joseph_1891-1916-AIl va avec constance à la messe en famille depuis sa  plus tendre enfance et quand arrive le temps de la communion, une photographie est prise.  C’est fou ce qu’il peut ressembler à son père,  approximativement au même âge!

Joseph est enfant adorable et responsable qui se plait dans son devoir d’aîné à donner l’exemple au reste de la fratrie. Il grandit dans l’admiration que voue son père au Reichsland et à la prospérité que l’empire allemand apporte à l’Alsace et qui rend compliqué la critique. L’empire y a investi massivement des sommes colossales et les résultats sont particulièrement visibles. Élément extérieur du village, dans sa nouvelle école, l’intégration ne se fait pas facilement. Après quelques échanges de coups de poings, il y trouve sa place et parmi ses nouveaux amis, s’y détache des noms comme Hugenschmitt, Schwörer  et bien d’autres avec lesquels il posera plus tard sur des photographies dont certaines sont actuellement perdues.

Joseph aura, sur place, d’autres frères et sœurs:

  • FAlphonse Lucien BIHLER 1902-1902
  • F Félicité BIHLER 1903-1904 (qui succombe par la faute d’une maladresse de sa sœur Alphonsine)
  • ? Mort né BIHLER 1905-1905
  • F Lucie BIHLER 1906-1996
  • ? Mort né BIHLER 1907-1907

Une anecdote pose sa sœur (ma grand-mère) devant le curé du village, d’un naturel violent et malheureusement parfois trop lourdement inconvenant.  Elle se confie à sa grande-sœur qui elle alerte Joseph qui avec son frère Alphonse décident de surveiller discrètement par la fenêtre pour prendre sur le fait, le représentant de dieu. Ce qui arriva en fin de catéchisme et au moment où ce dernier dérapa, Joseph sauta par la fenêtre dans la pièce avec son frère; il agrippe par le collet l’homme en robe en le menaçant de le molester et de rendre public l’affront. Ma grand-mère n’eu plus jamais à se plaindre de lui. L’incident était clos.

Joseph est un garçon très travailleur formé au métier de son père dont-il connaît toutes les ficelles. Il fait la tournée pour vendre la viande dans les villages avoisinants avec sa carriole tractée par trois chiens, qui lui obéissent au doigt et à l’œil.

1910- joseph BIHLER

Son père a réussi à repousser sa date d’incorporation et il a 23 ans quand, l’Europe toute entière décrète la mobilisation générale contre le Reichsland, qui prendra le nom de « première guerre mondiale ». La grande guerre débute et dès le 4 décembre 1914,  la loi martiale « Kriegszustandgesetz » s’applique. Le blocus naval des forces alliés conduit rapidement à des pénurie de nourriture dans le Reichland.

Les archives militaires pour cette époque sont quasi-inexistantes en raison d’un bombardement à Potsdam, le 14 avril 1945  qui détruisit l’immeuble où elles étaient conservées.., ce qui rend compliqué la narration de son parcours sous le drapeau.

Joseph était idéologiquement tout à fait à l’unisson avec sa patrie et les valeurs allemandes.  Il est né sous cette nationalité d’un père alsacien, qui avait lui aussi fait son service sous le même drapeau et qui en était très fier.  Joseph étant fiancé et follement amoureux, aurait aimé pouvoir s’affranchir de l’uniforme, mais cela n’était tout simplement pas possible.

Les allemands se moquent alors des français et de leur cul rouge qui se voient à des kilomètres. De vraies cibles humaines; comment pourraient-ils perdre?

Des culs teintés par les soins de l’empire germanique et qui  ne demandaient qu’à être bottés  (En effet, la teinture « Garance » utilisée pour les uniformes français était produite en Allemagne).  Finalement, Joseph a été obligé d’endosser son uniforme très élégant, moderne et de couleur neutre appelée  » feldgrau (gris de Campagne).

Il part et est rapidement confronté à la réalité des combats dès 1914 qui le conduit à la triste bataille de Tannenberg  qui sera l’occasion d’un remaniement embarrassant du commandement, si je ne fais pas d’erreur. Après cette  expérience  sous le feu relatée par ma grand-mère et d’où il parvient à revenir vivant et sans blessure, il repasse un court moment en permission à Artolsheim et il est renvoyé rapidement sur le front de l’Est où il vit un enfer. Si je ne sais rien de son unité initiale, c’est au sein du régiment d’infanterie N° 377 de la 8e armée  construit à partir de la réserve « Régiment d’infanterie Königsberg »  que son retour pour le front oriental se fait. Son unité est composée majoritairement d’ Alsaciens et de Lorrains. 

Il est armée d’un fusil de modèle « Mannlicher » de 1895 qui pouvait accueillir 5 cartouches.

Finalement,  il s’éteint à l’âge de 25 ans sous le feu des forces russes dans ce que l’on nomme maintenant la bataille de Kovel* (qui dura du 30 Juillet au 4 Novembre 1916). 

Nous sommes le  3 août 1916 et les troupes russes dévalent sur le village de Rudka-Myrinska en Ukraine.  Il est mort « héroïquement » ce jour-là, vraisemblablement en ignorant qu’il est né sous le patronyme de sa maman.  Ses parents, sont même aller jusqu’à  inventer un mariage fictif à Richwiller, censé s’être déroulé le  25 novembre 1890 afin de ne pas le mettre dans l’embarras!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Alphonse Bihler, son papa, a parmi ses relations des officiers allemands, de qui il reçoit régulièrement les bulletins militaires qui normalement devaient rester inaccessibles aux civils. C’est ainsi qu’il apprend rapidement que son fils est porté disparu ce qui laissait un espoir à la famille.

Malheureusement, d’autres tragiques événements mi-novembre de la même année, forcent les Bihler à un nouveau déménagement. Ils reprennent, dans la foulée,  un restaurant et une boucherie dans le Haut-Rhin, à Pfastatt une commune limitrophe avec Richwiller. Ils ne partent pas seuls, la fiancée de Joseph ayant également de la famille dans ce lieu était également du voyage. Il faut dire que depuis le départ de Joseph pour le front, elle s’est énormément rapprochée de ses sœurs et en particulier de Alphonsine et de ma grand-mère avec qui elle se confie plus facilement.

La nouvelle officielle de la mort de Joseph, arrive fin décembre 1916 et cause un torrent de pleurs et de souffrances. La belle fiancée éperdument amoureuse  se promît de ne pas refaire sa vie avec un autre homme, une promesse qu’un nouvel amour fit rompre une dizaine d’années plus tard sous la bienveillante insistance de la mère et des sœurs Bihler avec qui elle lie une grande et profonde amitié.

Une famille allemande, qui ont également perdu un fils sur le front (qui était un bon camarade de régiment  de Joseph et  qui avait laissé dans une lettre émouvante ,tout le bien qu’il pensait de ce dernier avant de mourir), s’installera près de Turckheim, un lieu qui avait tellement plu à leur enfant . La mort rapproche les vivants, ils entament  et entretiennent une amitié par correspondance avec les Bihler. Je ne me souviens plus de leurs prénoms, mais le nom de famille m’est resté, il s’agit de Lang.

___________

* Je n’ai que peu d’informations sur cette bataille de Kovel et encore moins sur l’épisode Rudka-Myrinska. J’encourage les internautes de toutes nationalités de tenter de me noyer sous les détails, ou sous des copies de photos et de documents. Bref, de tout ce qui peut apporter un éclairage sur ce front de l’est.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 213 autres abonnés

Member of The Internet Defense League

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 213 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :