Elsasser Wurtzle

Généalogie, histoire & chronique familiale

De Boller à Bihler

Pour certains spécialistes trouvés au hasard d’une recherche sur « google », l’origine de ce nom nous ramène au vieux haut-Allemand  « Bilihari »  (bili = aimable + hari = armée).

-Euh.., difficile à concevoir une armée aimable?😀

Aucune importance, puisque en ce qui concerne mes ancêtres, en remontant la branche, après quelques périodes troublées ou chaque membre d’une même famille trouve son nom orthographié différemment (Biller, Piller et même Büller), il se stabilise sous la forme « Boller » à Niedermorschwihr (68) .

Nous n’avons donc plus à faire à la même racine étymologique !

Des investigations plus poussées m’ ont permis de suivre cette famille en Allemagne jusqu’à 1655 à Pfullendorf, Tübingen ou naît André Boller le plus vieux ancêtre découvert pour ce patronyme.

Malgré mes recherches, je n’ai pu trouver la signification de ce nom. Il est probable qu’il soit issu du prénom « Bolle ».  Cela pourrait se concevoir si l’on prend en considération qu’avant le 11ème siècle, il n’existait pas de nom de famille et qu’au moment ou il fallu choisir un nom, les prénoms et les métiers étaient les plus prisés!

Il existe plusieurs blasons pour ce nom, mais ceux que j’ai pu trouver sont originaires de Zürich mais la probabilité qu’il s’agit de la même famille reste faible.  Il convient cependant d’en présenter un pour exemple.

Mais revenons à nos Boller de Niedermorschwihr,  le premier à s’installer à Turckheim est Biller Franciscus, le fils  du couple Boller Sebastien (le premier Boller de Pfullendorf à avoir élu domicile à Niedermorschwihr) et Meyer Catherine une jeune Alsacienne de ce village qui est situé à l’ouest de Colmar et à proximité immédiate de Turckheim.

Il s’y installe probablement après avoir épousé le 9 février 1733 une femme de 10 ans de plus qui était originaire de Cernay(68): Anna Maria Deodor. Trois mois plus tard, au jour le jour, il est admis bourgeois.

Il est également, si je ne fais pas d’erreur, le premier de la lignée à exploiter un vignoble. Son fils, contre-maître, devient également conseiller municipal et se marie avec la fille du cordonnier, Anne Marie Rittemänn, le 9 janvier 1757. Ce couple donne naissance à Philippe qui lui fait prospérer les affaires car,  outre de s’occuper de son vignoble qui produit un vin qui ne se distingue pas particulièrement, il exploite également une auberge. Sur certains actes, il est précisé qu’il était voiturier…

Cette auberge est celle que tenait Bernard Von Fels, le papa à son épouse.  Actuellement, c’est le restaurant de la tour qui est identifié par M. EDEL, Archiviste de la ville de Turckheim ( selon la société d’histoire locale contacté par mail), comme étant l’Auberge lui ayant appartenu.

Le couple a eu 7 enfants, dont Xavier, tonnelier de son état, après un bref crochet  d’une année sur Mulhouse, se fixe à Lutterbach avant de terminer sa vie seul, après le décès de sa deuxième femme, à Mackenheim dans le Bas-Rhin. Il est le père de mon arrière grand-père, le premier Bihler boucher.

C’est un des patronymes que je développe en profondeur dans mes chroniques familiales, mais pour lequel je recherche encore des éclaircissements, des petits détails pour toutes les personnes de la lignée. Cela est particulièrement valable pour les périodes ou cette famille se retrouve à Niedermorschwihr ou à Turckheim. Chaque détail, même d’apparence insignifiante, glané ci et là,  pourrait m’être utile avant un probable détour vers les archives départementales, afin d’éplucher les minutes notariales, qui sont d’une aide précieuse pour nous faire une représentation précise des familles.  Conscription, documents militaires, vie politique et associative.., il y a tant encore à découvrir!

Si des erreurs se sont glissés dans  cette présentation succincte, merci de les signaler🙂

2 commentaires sur “De Boller à Bihler

  1. Pierre Lagacé
    8 février 2014

    Sens de l’humour…

    difficile à concevoir une armée aimable?😀

    J’adore!

    J'aime

  2. Pierre Lagacé
    8 février 2014

    Nous au Québec, nous sommes bénis des dieux, car les prêtres tenaient des registres. Il nous est donc facile de retrouver nos ancêtres qui sont venus de France.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Stats du Site

  • 102,819 visites

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 5 656 autres abonnés

PageRank
M6R-68

Member of The Internet Defense League

Stop TTIP !
%d blogueurs aiment cette page :