Elsasser Wurtzle

Généalogie, histoire & chronique familiale

Les Baumgartner

baumgartner_ecusson_81Étymologiquement « arboriculteur » mais ce nom désigne aujourd’hui en allemand un pépiniériste. Les variantes sont : Baumgaertner, Baumgardner, Baumgartener, Baumgertner voire même Bumgardner, Bumgarner .

Ce nom de famille se concentre dans mon arbre essentiellement dans la région de Karlsruhe, plus précisément à Langenbrücken.  La piste patronymique des Baumgärtner du Baden-Würtemberg s’épuise rapidement par manque de documents, les registres paroissiaux de Langenbrücken s’arrêtent net et on peut difficilement espérer remonter plus loin que l’année 1714.

Joannes Martinus Baumgärtner,  né avant 1711, si la filiation ne comporte pas  d’erreurs (toujours possibles avec des actes particulièrement pénibles à retranscrire), est le plus ancien ancêtre de la branche.

Ce qui , par contre, ne fait pas l’ombre d’un doute est que le 9 mai 1724 à Langenbrücken (BW), il épouse Maria Margaretha GRAB, une autochtone.  Hélas, aucun parent n’est mentionné sur l’acte. Il y figure cependant leur témoin: Conrad Hegmüller (ou Stegmüller).

Il est aussi cité comme « scabini » dans des actes ultérieurs. Le terme de Scabini qu’en français on traduit par « Échevin », vient de l’allemand, schabin ou schehen, qui signifie juge ou homme savant.

Je n’ai pu découvrir une mention plus ancienne faisant référence dans ce village d’un Baumgärtner et le fait de ne trouver  aucune trace de naissance d’un « Baumgärtner » entre 1717 et 1725 dans les registres de la paroisse de Langenbrücken, pourrait laisser supposer qu’il n’y avait personne de ce nom dans sa commune avant lui. C’est une déduction bien subjective, j’en conviens.

Mon papa, cependant me racontât que le sien lui avait affirmé que nous étions cousins avec un membre de la famille Baumgartner qui se serait marié avec une personne issue du milieu de l’industrie textile. On pense évidement à (Koechlin Baumgartner et Cie) mais hélas, rien ne permet de l’affirmer, ni de le vérifier . Ce n’est pas la seule piste puisque plusieurs branches de  Baumgartner  cohabitent sur l’arbre des Koechlin.., cela complique la tâche !

Ce n’est pas la seule piste puisque plusieurs branches de  Baumgartner  cohabitent sur l’arbre des Koechlin.., cela complique la tâche d’autant que la famille Koechlin n’est pas la seule issue du milieu industriel mulhousien à avoir des Baumgärtner dans son arbre .

Mon grand-père, dit-on n’en tirait aucune fierté. C’est même le contraire car dans mes souvenirs il y avait comme une honte puisqu’il  disait aussi que ce Baumgartner, s’est empressé d’emporter toutes preuves des liens qui unit nos deux familles en dérobant un registre de population. La piste reste bien maigre et il y a peu de chance que ce registre aujourd’hui disparu resurgisse surtout s’il a été détruit en raison d’une filiation embarrassante.

Je n’ai aucune raison de douter de mon grand-père même si ce détail, n’est en définitif qu’une anecdote parmi tant d’autres. C’est le seul élément qui aurait pu nous greffer à une branche de Baumgärtner d’une autre commune.

Moralement en l’absence de preuves, il convient de considérer ces révélations avec beaucoup de prudence mais je me devais de les partager. En effet, avec Internet, on peut espérer que des fonds privés, des arbres dormant dans des placards resurgissent spontanément en nous offrant ainsi de nouvelles perspectives pour remonter les branches. Là seule chose que je peux réellement affirmer à ce stade des investigations, c’est que ce qui visiblement relève du ragot repose sur une intrigue historique puisque après de nombreuses recherches, il s’avère au moins, qu’il existait avant cette date butoir déterminée par les plus vieux BMS microfilmés par les mormons, un livre précieux pour les généalogistes qui aurait disparu sans laisser de trace. De ce registre quelques rares noms de familles ont étés retranscrits mais point de Baumgärtner.

On peut espérer que d’autres cousins éloignés en savent un peu plus et qu’internet puisse favoriser notre mise en relation. A cet effet, il est important de souligner qu’en 1918, lors du retour de l’Alsace-Lorraine à la France, les officiers de l’administration avaient souvent retranscrit le tréma sur le « a » central de Baumgärtner par l’équivalent Français « ae »  et donc Baumgaertner.  Mon grand-père avait d’ailleurs été obligé de payer pour que ce « e » en trop disparaisse de son patronyme.  Il en a été probablement ainsi pour d’autres de ses frères ou sœurs.  Il y a néanmoins encore des « Baumgaertner » dans la descendance de Carl-Friedrich ou de son demi-frère Wendelin, qui j’espère se reconnaîtront ici🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 18 août 2011 par dans Baumgärtner, Patronymes, et est taguée , , , , , , , , , , .

Catégories

Stats du Site

  • 102,819 visites

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 5 656 autres abonnés

PageRank
M6R-68

Member of The Internet Defense League

Stop TTIP !
%d blogueurs aiment cette page :