Elsasser Wurtzle

Généalogie, histoire & chronique familiale

BAUMGÄRTNER Carl Friedrich

*** Ascendance de mon  grand-père Paternel Jules BAUMGARTNER***

Il est des personnes dans les branches proches  dont il n’est pas aisé de parler et Carl Friedrich est de ceux-là! Pourquoi ? Simplement par ce que aucun de ses petits-enfants de ma branche, celle de son fils Jules, n’a pu le connaître. Il est décédé bien avant leurs naissances. On peut ajouter également que mon grand-père était quelque peu avare de détails sur ses parents mais quelques uns se sont tout de même échappés des discussions animées qui ponctuaient nos repas familiaux.

C’est donc sur la base de brides d’informations filiales laissées, çà et là,  par mon grand-père et sur une bien timide extrapolation qu’il m’est permis de faire avec le fruit de ma pêche aux documents que je vais tenter de broder autour de cet arrière grand-père que j’apprends, jours après jours, au hasard des découvertes à connaître.

Carl voit le jour , le mardi 12 février 1861 à 15hoo à la gare N°10 de Ettlingenweier  qui se trouve  à coté de Ettlingen à proximité de Bruchhausen. Son papa Andreas est sur place. C’est une étape de la ligne Karlsruhe-Rastatt. Il y sera baptisé cinq jours plus tard, le dimanche 17 février par le curé catholique, le père Walter à la paroisse St. Dionysius.  C’est le frère de son papa qui est télégraphiste qui aura l’honneur de devenir en cette occasion son parrain. Il s’appelle Wendelin  et s’il est né à Langenbrücken, il travaille à Muggensturm dans l’arrondissement de Rastatt, un village dans la vallée du Rhin, au pied de la forêt-noire. Est également présent au baptême et cités en témoins du papa, un Notable et ami : le maître d’école Casimir LABLO et Laure AUER de Rohrbach, canton de Eppingen dont je ne sais rien.

Il aura droit à un deuxième  acte de naissance à Langenbrück ou le curé a tenu à avoir une copie de l’événement dans les registres de la paroisse St-Vitus puisque les parents vivent dans sa commune.

Sa maman Margaretha ou Maria-Eva Nicolaus (Son prénom varie selon les documents) décède deux mois après sa naissance. Son papa se remarie dans la foulée et lui offre une maman de substitution en la personne de Genovefa Meder (Geneviève Martin pourrait-on dire en Français) ainsi que des demi-frères et demi-sœurs . Il est peu probable que dans son enfance il a pu savoir que la femme qui l’a élevé n’était pas sa maman car cela ne se faisait pas à l’époque. Il l’a probablement su bien plus tard vers l’adolescence.

Ils habitent Langenbrücken, dont, bon nombre de Baumgärtner sont originaires puis à Kleinsteinbach. Carl Friedrich y grandit dans la fierté d’être un sujet de l’empire Prussien.

Quand il est appelé sous les drapeaux, c’est à Mulhouse que son service est effectué, très probablement ¹à la caserne “Kaiser Wilhelm” qui existe depuis 1877 et qui est devenue par la suite plus connue sous le nom de caserne Lefèbvre.

Le service militaire dure 3 ans et il est probable également qu’il soit en charge du télégraphe mais il est impossible d’affirmer quoi que ce soit et il n’y a hélas plus aucun moyen de vérifier les dossiers militaires entre 1870 et 1893 car le bâtiment à Postdam qui abritait tous ces dossiers a été détruit lors d’un bombardement en 1945.

Quand il arrive à Mulhouse en 1881 ou 1882, l’Alsace est un état du Reichland.  Les fiacres côtoient les bruyants  tramway à vapeurs mais surtout la localité ou il dépose ses pieds, est la première commune Prussienne à tester une technologie nouvelle : Le téléphone !

Il rencontre sa future épouse, Marie Meyer, qui était de quatre ans, plus jeune que lui lors d’une sortie en ville.. Elle habite encore chez ses parents à Riedisheim et était quasi inséparable de sa meilleure amie: Luisa.  Cette dernière avait des vues sur un jeune homme qui répondait au prénom de Wendelin et était bien heureuse d’avoir le prétexte de se promener avec Marie pour ne pas avoir à avouer la raison véritable de ses escapades régulières. Wendelin, cheminot de son état, était en réalité le demi-frère de Carl Friedrich. Il  est celui avec qui  il passe le plus de  temps lors de ses sorties.   Wendelin travaille à la gare de Mulhouse et épouse  le 10 décembre 1887 à Riedisheim, Luisa Enderlin tombée sous son charme. Son frère est son témoin.

Carl Friedrich, quant à lui,  finit par  épouser Marie Meyer à Riedisheim  également, le 14 février 1888.  Wendelin est tout naturellement pour l’occasion,  son témoin principal.  Le village à cette époque compte approximativement 3000 habitants et le thermomètre affiche moins dix !  C’est l’année ou à Mulhouse le domicile familial de l’industriel et homme politique André Koechlin (qui avait quitté Mulhouse pour Paris dès 1870), est vendue   pour la somme de 200000 Marks. Cet argent a pu être  réunit grâce à une souscription publique. Une propriété que les Mulhousiens acquéreurs ont finalement offert à la ville avec cependant, une impérative condition : d’y transférer l’ancien hôpital.  Cette propriété est l’hôpital du Hasenrein ou j’ai pu, comme beaucoup de mes concitoyens, naître !

Nombre de documents signalent qu’il est invalide mais ni la nature, ni les circonstances de cette invalidité ne me sont connues.  Invalide de guerre ? Certains éléments ne plaident pas en faveur de cette hypothèse en raison d’une part de son age car il est évident qu’il était bien trop âgé pour avoir été mobilisé pendant les grands conflits et d’autre part, il ne figure pas sur les listes des victimes de guerre de l’arrondissement de Mulhouse jouissants de soins médicaux gratuits. Invalide civil , plus probablement, mais alors accident ou maladie ?

Bureau central de la poste de MulhouseEn matière d’emplois, ils sont variés : on le retrouve comme employé du télégraphe (Terme générique  qui bien évidemment ne nous renseigne pas sur la nature réelle de son travail), chauffeur de maître, maçon, ouvrier d’usine etc…

L’employé du télégraphe récolte secrets et confidences.., c’est un métier qui a un certain panache dans la société d’alors. Et cela est vrai même pour celui qui ne fait que promener des sacs de télégrammes car il bénéficiait de la confiance offerte à la structure.    Carl,  doit probablement son intérêt pour ce travail et peut-être même l’embauche à son oncle Wendelin Baumgärtner qui avait la responsabilité du télégraphe à Muggensturm dans le duché de Bade. Ce dernier avait connu les différents systèmes télégraphiques antérieurs jusqu’au système « Morse » utilisé aux état-unis , en Prusse et dans les pays voisins !

C’est à la poste centrale de Mulhouse qui se situait au nº 2 du faubourg de Colmar dans l’ancienne habitation de Jacques Koechlin , qu’il Poste centrale de Mulhouseexerçait ce métier.  Une maison dont il ne reste que le souvenir et quelques rares photos mais qui a été construite  selon le plan de  celle de Napoléon 1er à Sainte Hélène*.

Le télégraphe y est transféré en 1882 auparavant, il était dans un immeuble, depuis détruit, à l’emplacement de l’actuelle  poste  près de la gare.

En 1891, à l’occasion de la construction du pont Anna Schoen dans la rue du même nom, il peut prendre connaissance par la presse locale  que cette Anna était l’épouse de Henri Schoen et qu’elle avait réussie à convaincre en 1590 les bourgeois de la ville à se rebeller contre les mercenaires qui avaient prit contrôle de l’hôtel de ville. Karl est séduit par l’histoire singulière de l’Alsace et apprécie énormément les alsaciens alors que le comportement de sa nation d’origine le met parfois dans l’embarras.

Il a sauvé un enfant en 1911 à Vérifier

Toujours est-il qu’il a fait le choix tardif d’opter pour la nationalité française et 23 septembre 1921, la procédure est validée. Il a soixante ans ! Carl Friedrich a attendu le dernier moment pour avoir recours à une procédure de naturalisation  , peut-être en raison d’une date butoir…

Il s’est éteint à l’age de soixante dix ans à son domicile Mulhousien au 18 Colonie Haller le 31 octobre 1931,  le matin à 6h30.

C’est, Eugen Josef Albiet, le mari de sa fille Marie, domicilié au 43 de la même rue, qui s’est proposé pour effectuer  les  formalités administratives pendant qu’elle était auprès de sa maman.

Mon grand-père m’avait confié que son papa avait beaucoup d’humour et il est fort à parier qu’il aurait aimé assister à la projection en allemand, le même jour à l’écran du cinéma « Odéon » de la rue de Bâle ou la désopilante comédie « La pension Scholler » était un franc succès, les critiques ne tarissaient pas d’éloges à son sujet et à juste titre,  puisque il y eu, depuis, plusieurs adaptations réussies au théâtre !
Il a été inhumé au cimetière catholique rue Lefebvre non loin de la Mertzau et son actuel parc des expositions.

Histoire bien plus détaillée de Carl Friedrich Baumgärtner disponible en suivant ce lien: http://wp.me/P1OpIl-1j avec dernière mise-à-jour le 27.06.2016

_____

1-La mémoire familiale prétend qu’il était dans les dragons,donc dans la caserne Prinz Carl, mais elle n’était pas encore construite et je n’ai aucune idée pour l’instant si la caserne provisoire qui la précédait existait déjà en 1881 ou 82. Tout ce que j’ai pu trouver est qu’elle existait déjà en 1890 et il me manque encore des années pour faire le compte et ainsi valider la version familiale. Il se peut également, pour x raisons,  que Carl ait effectué son séjour sous le drapeau plus tard que prévu ou que quelques dragons occupaient les lieux avec une construction provisoire différente de celle de la future caserne en bois.  Des recherches sont en cours…

* Biographie des parlementaires alsaciens de 1789 à 1871 , par Paul Muller (1912)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Stats du Site

  • 102,692 visites

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 5 654 autres abonnés

PageRank
M6R-68

Member of The Internet Defense League

Stop TTIP !
%d blogueurs aiment cette page :