Elsasser Wurtzle

Généalogie, histoire & chronique familiale

Wendelin KNOEPFLIN & Joséphine BINGLER

*** Ascendance de Eugène KNOEPFLIN ***

Anna Maria Strich, fille de Sébastien et de Anna-Maria Wirth est née à Obermorschwiller , un village au sud de Flaxlanden, mais contrairement à la tradition qui veut qu’une femme se marie dans la commune de ses parents, Anna -Maria épouse Antoine le 25 novembre 1820 à Flaxlanden par un temps plutôt froid.

Knoepflin Antoine (41 ans), maçon de profession et Anna Maria (35 ans), sans emploi, donnent alors naissance le 15 avril 1833 à Wendelin.., l’ancêtre dont il est question ici.

L’événement marquant de cette année est le soulèvement des vignerons, à Colmar suite à des difficultés économiques énormes ayant pour origine une fiscalité trop pesante. Le mécontentement se généralise et le milieu rural, le relaye.

Anna-Maria, sa maman, est la deuxième femme de son papa. Auparavant, ce dernier était marié à Elisabeth Spitz morte prématurément à l’age de 27 ans. Elisabeth, lui avait donné deux enfants : Antoine « junior » en 1814 et Anne-Marie en 1818.

Joseph , Anne, Johanna, Marie-Louise et Simon sont nés avant Wendelin, de la même mère. Il y a même eu 3 Madeleine n’ayant pas vécus longtemps. Catherine sa petite sœur naîtra un an après lui.

Wendelin a trois ans, quand la joie est au rendez-vous avec la naissance de Georges le nouveau petit frère .

1837 est une année terrible, avec dès le premier janvier, le passage de la grande faucheuse qui emporte la vie du petit Georges. La même année naît et décède également une nouvelle petite sœur prénommée Joséphine.

La vie est cruelle ; Wendelin a tout juste douze ans quand son papa disparaît à son tour, le 24 mars 1845. Un mois de mars très froid où neige et pluies glacées se succèdent. Une vie soufflée alors qu’Anna-Maria, la maman porte en elle, le dernier enfant de son mari bien aimé !

C’est bien triste de devoir penser à un enfant qui ne connaîtra jamais son père.

La crise économique s’aggrave et on en voit pas le bout. Les temps sont pénibles pour tout le monde mais dans cette famille là, la misère paraît insurmontable malgré une évidente solidarité sans laquelle ils n’auraient pu survivre. Comme on le dit si bien en Alsacien : « Wenn d’r Vater Sterbt, esch d’r Brot ewag ! », « Quand le père meurt, il n’y a plus de pain ! ».., voilà si bien résumé la problématique à laquelle cette famille doit faire face, ajoutant à la crise économique, une crise alimentaire.

Le 5 juillet , vient au monde, le tout dernier enfant et c’est une fille qui est enregistrée à l’état-civil avec un prénom composé  Marie-Anne.

Wendelin doit travailler très dur et il est bien jeune quand il est employé à l’usine .

A 35 ans, le 29 janvier 1865 , il se marie à Flaxlanden avec Joséphine Bingler également originaire de la même commune. Son frère Joseph est son témoin principal. La maman 67 ans est de la fête mais ne sachant écrire, elle signe d’une croix l’acte de mariage.

Sa femme, Joséphine née le 4 juillet 1837 a pour parents Bingler Georges et Uettwiller Madeleine. Georges est natif de Flaxlanden mais Madeleine est née et a été baptisée à Bruebach, un village voisin.

Le projet d’une mairie-école est approuvé dans le village la même année et les jeunes mariés se plaisent à imaginer leurs enfants fréquentant une école toute neuve.

Le premier enfant du couple arrive le 6 novembre 1865 à 5hoo du matin en la maison de Georges Bingler, le beau papa. C’est une belle petite fille qui prend le prénom de Marie-Madeleine. Meyer Jean, 25 ans, Cultivateur (fils du cordonnier) et Bingler Thiébaut, 27 ans, cultivateur (fils de Thiébaut) sont les témoins pour l’état-civil.

Le 26 septembre 1867 à 7h30 en leur domicile, de la rue de l’Église, naît un second enfant, un garçon cette fois-ci. Un mois de septembre resté chaud pour l’occasion mais qui laissât présager d’un hiver froid qui ne manquât pas d’arriver. Le temps de récupérer au passage ses deux témoins, les mêmes que pour la naissance précédente, Wendelin s’empresse fièrement d’aller à la mairie le déclarer. Il se présente devant le maire, Walter Thiébaut, dès huit heures, heure à laquelle son fils Émile est officiellement enregistré.

Le 10 mai 1869, un mois particulièrement chaud et pluvieux, emporte le papa à Joséphine, âgé alors de 65 ans. La même année, Joséphine donne naissance à une fille, le 15 décembre qui portera le même prénom que elle.

A l’âge de 76 ans, la maman de Wendelin s’éteint sous son toit, le 12 juin 1874. C’est l’année ou la Constitution allemande est entrée en vigueur. Là aussi, une expression alsacienne prend tout son sens : « Wenn d’müetter Sterbt, esch e heim ewag ! », « quand la mère meurt, il n’y a plus de foyer !».

Avec l’industrialisation croissante de Mulhouse , beaucoup d’habitants de Flaxlanden travaillent dans les usines textiles.., mais plus Wendelin !

KNOEFLIN Wendelin, la maison natale de Eugene.., le papa de Marthe.

La mémoire familiale gardera de lui, qu’il avait un caractère entier et qu’il était de ceux, peu nombreux, consultés régulièrement pour des conseils en tous genres.  On le décrit comme un véritable patriarche, un homme à qui on obéi naturellement puisqu’il émanait de lui une grandeur et une assurance presque palpable.

Il n’avait pas simplement un pouvoir familial, une aura de décideur, mais il était également très considéré et sollicité dans tout le village où il faisait office de banquier en prêtant de l’argent pour des achats importants.

L’origine de sa fortune (cela en était une véritablement pour l’époque et le lieu) est resté un mystère pour sa descendance. Les suppositions et hypothèses furent nombreuses mais le plus souvent l’explication avancée qui mettait le plus de monde d’accord,  était celle d’héritages conséquents.., que personne n’a oser vérifier pour garder cette part de mystère.

C’est lui qui habitait la maison sise à coté de l’église, maison actuellement entièrement démontée et reprise par l’écomusée de Haute-Alsace et dont il ne reste qu’une gravure éditée en carte postale. Cette maison dont les pièces de vie sont surélevées , avait été construite dans l’optique d’ une protection idéale contre les inondations et les coulées de boues qui cycliquement déferlaient sur la commune.

La pierre tombale de Wendelin fait partie intégrante des plus vieilles tombes du cimetière de la commune de Flaxlanden, mais très étrangement sa femme n’est pas enterrée à ses cotés. On suppose qu’elle est peut-être inhumée auprès d’une de ses sœurs.., peut-être à Brunstatt.

Une version bien plus détaillée de l’histoire de cette famille est disponible pour les autorisés en suivant ce lien. Dernières modifications en date du 04.04.2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Stats du Site

  • 102,694 visites

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 5 654 autres abonnés

PageRank
M6R-68

Member of The Internet Defense League

Stop TTIP !
%d blogueurs aiment cette page :