Elsasser Wurtzle

Généalogie, histoire & chronique familiale

Rédiger une chronique familiale -[7]-l’immersion numérique

cubesweb

Pour être tout à fait honnête, j’alimente cette rubrique qui fait de moi votre sujet, quand je n’ai aucune autre trouvaille à partager!

Cela étant dit, chaque généalogiste s’essayant à transmettre le fruit de ses recherches sous la forme d’un récit, a sa propre vision de l’utilisation de l’outil informatique.   Nous n’avons pas tous le même équipement et encore moins les mêmes priorités, aussi  voici mon cheminement.

Comme pour mon travail de mémoire, l’aspect informatique m’oblige à une démarche tâtonnante et pourtant, je suis loin d’être un novice en la matière.

Commençons par le système d’exploitation. J’ai abandonné Windows en 2005, bien avant de me lancer sérieusement dans les recherches généalogiques.  j’ étais incapable d’être productif  puisque l’environnement m’était particulièrement instable et je passais plus de temps à m’occuper de son bon fonctionnement que de pouvoir bosser sur mes autres centres d’intérêt. L’utilisation du « ctrl-Alt-Supp » m’était un véritable rituel informatique.  En passant à Linux, j’ai gagné en sérénité, en puissance et en gain de productivité.  Après l’essai de plusieurs distributions, je suis passé à Ubuntu principalement pour sa facilité d’utilisation ainsi que le potentiel du bureau « Unity » et la vélocité de son moteur de recherche qui fait que je retrouve plus rapidement un document par un mot clef, qu’ en allant le chercher dans les méandres de l’arborescence de mes dossiers personnels!

C’est la nécessité du partage qui ma motivé à scanner ou à photographier puisque initialement, j’avais beaucoup d’aversion pour l’idée du tout numérique qui m’obsède actuellement et cela pour des raisons essentiellement émotionnelles. Une étape que je juge maintenant absolument indispensable.

L’émotion que peut susciter de vieux documents par l’affinement des sens. L’odorat, toucher  et le goût d’une recette transmise ne peuvent encore franchir l’étape de la dématérialisation, indispensable pour une utilisation optimale des données stockées physiquement. Il faut un maximum d’espace et de temps pour manipuler des informations stockées sur du papier, sur des plaques de verre, de la pellicule voire sur d’autres objets. Le support matériel est contraignant et peu pratique. Rédiger une chronique familiale nécessite une documentation volumineuse, une organisation sans faille pour insérer des faits historiques, dans le bon contexte et à la juste place temporelle pour gagner un ajout de quelques pauvres lignes. Cela sous-entend  de pouvoir  rapidement passer du coq à l’âne. Dans ces conditions, il est normal que l’on cherche d’abord ses réponses sur le web où un copier/coller d’informations  à compulser économisera de nombreux déplacements et facilitera considérablement le travail d’incorporation des données ainsi glanées. Je tiens à pouvoir retrouver une information rapidement.

Il y a des services en ligne particulièrement intéressants comme Evernote , véritable usine à gaz, qui permet de capturer des informations, sous forme de notes, images, vidéos, ou pages web et pour lequel il n’existe aucun logiciel de transfert sous mon système d’exploitation, mis-à-part, une extension pour mon navigateur qui fonctionne plutôt bien. J’organise mon travail, pour lequel j’ai pris tous les automatismes, avec d’autres outils que je vais m’efforcer de détailler plus bas. Je me suis promis de tenter à réutiliser ce service quand il sera disponible sans restrictions pour mon OS.

Ce qu’il y a de frustrant et de magique sur le web, c’est que l’on ne pourra rarement aider la personne qui nous aura solutionnée une interrogation. De même, la personne que l’on aide sera rarement celle qui nous rendra la pareille. Cela peut arriver, mais c’est rare puisque les principales informations recherchées sur le web ne sont pas généalogiques, mais touchent à la vie quotidienne, à la météo, à des contextes économiques , à des ressources variées comme,  par exemple, les traitements médicaux à une époque bien identifiée pour des maladies quasi-disparues de nos jours.  On ne sait jamais à l’avance, sur quoi portera nos prochaines recherches et dans quel pays seront hébergées virtuellement les réponses!

Tout ce dont on est certain, c’est de notre grande ignorance et la nécessité de faire profil bas.   Il n’existe aucune concurrence, on est toujours seul.

La dématérialisation totale est une idée qui s’est imposée par la recherche d’un gain de temps, mais surtout pour me débarrasser de contraintes évidentes qui nécessitaient de garder un bureau visuellement bordélique qui, à la longue, essaimait inexorablement sur les surfaces adjacentes. Un document scanné , bien nommé et rangé correctement dans un répertoire explicite est plus rapidement retrouvé que sur son support originel. A l’heure où l’on peut acheter la plupart des livres , journaux et revues dans un format numérique, il m’apparaît déplacé de devoir acheter des sairepa et autres listes de ressources généalogiques dans des formats traditionnels totalement inappropriés et contre-productif. La plupart de ces fascicules utilisent des caractères nécessitant une vue d’épervier alors qu’ils existent déjà sous une forme numérique qui n’est pas exploitée, probablement par crainte de perdre la poule aux oeufs d’or. Pourtant, des bases de données accessibles par le web, toucherait bien plus de monde avec un abonnement modéré, tout en limitant les frais…

Les données  numériques demandent cependant une attention particulière,  les disques durs sont fragiles et un choc peut les abîmer et les rendre illisibles.  Les sauvegardes, peuvent s’effacer, on peut les perdre, se les faire voler ou ne pas les entreprendre quotidiennement.  Le principal  problème est équivalent à celui généré par la conservation du support  originel: il faut prévoir beaucoup de place,  une facilité d’accès tout en prenant la précaution de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

Je n’ai jamais été assez prudent et j’en ai fait les frais, puisque j’ai perdu de nombreuses données dans des dvd rendus illisibles et des clefs usb et des cartes SD égarées. Récemment, c’est le disque dur de mon dernier laptop  qu’un choc a rendu inutilisable.   Pourtant, je pensais, cette fois-ci, avoir tout sauvegardé sur un disque externe.  Malheureusement, j’avais oublié un répertoire important: Celui de tous les vieux journaux que j’avais photographiés patiemment au fil des ans et d’articles de vieux livres issus de la bibliothèque municipale en étant exclus du prêt!

Bien évidemment, j’avais déjà des espaces de partage sur One drive et Google Drive que j’utilise pour les documents les plus importants et qui s’associent facilement aux autres services donnés par ces deux géants. Par autres services, j’entends principalement par exemple pour Google+ (un réseau social que je trouve un peu moins puéril que Facebook) et sa suite totalement irremplaçable: la messagerie, l’agenda, Google Cloud PrintGoogle Keep,  dont je ne peux absolument plus me passer et qui se révèle particulièrement utile pour les recherches en salle et qui se synchronise automatiquement avec mon autre matériel (tablette, smart-phone, laptop). C’est sympa de pouvoir utiliser tout cela sur une seule interface!

Ce sont des services que j’utilise au quotidien, mais également Mega (un espace gratuit de stockage de 50 Go)  Copy (20 Go) pour une sauvegarde par synchronisation en raison d’une part du volume de stockage offert et de l’autre pour la prise en charge facile de ce logiciel par mon système d’exploitation.

Un commentaire sur “Rédiger une chronique familiale -[7]-l’immersion numérique

  1. lamaisondesmarguerites
    1 décembre 2014

    J’aime bien vos réflexions à voix haute ou plutôt basse… sur le numérique, enfin le vôtre.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Stats du Site

  • 102,694 visites

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 5 654 autres abonnés

PageRank
M6R-68

Member of The Internet Defense League

Stop TTIP !
%d blogueurs aiment cette page :