Elsasser Wurtzle

Généalogie, histoire & chronique familiale

Les RUEHER D’ Ober Ranspach

Ranspach-le-Haut,_Eglise_Saint-Etienne_2

Rueher est le nom de famille d’une de mes arrière-arrière grand-mère, la maman à Marie Meyer, l’épouse de Carl Friedrich Baumgärtner et qui se prénommait Lucie , mon sosa 19, dont je n’ai aucun portrait, ni même de description physique.

Les variations patronymiques sont Ruer, Ruor, Ruoher, Ruher .  La plus ancienne mention de ce nom de famille , pourrait- être l’acte de mariage d’un certain Peter Ruoher de Ranspach-le-Haut, fils d’un autre Peter, qui s’unit à une Christina Fischer de Helfrantzkirch en l’année 1589. C’était l’année ou Charles de Lorraine pénètre en Alsace à la tête d’une armée de 2 000 chevaux et de quatre mille soldats à pied pour disperser « l’assemblée desrheistres et lansquenetz qui se faict en Allemaigne pour le party du roy de Navarre ».

Malheureusement, la descendance de ce couple reste à ce jour inconnue.

Une autre mention qui m’a interpellé, figure dans le Fonds de la Régence Autrichienne d’Ensisheim (une grande partie du Ht-Rhin était la propriété des Habsbourg jusqu’au traité de Westphalie)  pour ce qui concerne le Bailliage du Haut-Landser, dans lequel on retrouve en 1616 (2 ans avant le début de la guerre de 30 ans), dans la liste des soldats, un Ruoer Diebolt de Ranspach-le-Haut, âgé de 40 ans, « Hockhen Schützen » (Arquebusier). C’est homme qui pourrait éventuellement être un frère de ce Peter et si ce n’est pas le cas, un cousin, avait probablement payé son arme avec ses propres deniers (comme bien d’autres combattants de cette période) simplement, pour s’assurer une place et une fonction jugée plus enviable…

C’est un Fridoling présenté comme veuf à son mariage avec jeune Agnès Billig de Michelbach-le-Bas, le 14 septembre 1687, qui se trouve être avec certitude, le tronc commun de tous les porteurs de ce patronyme de la commune. Ranspach-le-Haut, n’a pas encore son église et c’est le curé de Ranspach-le-Bas qui baptisera les enfants de ce couple.

 En 1790, le premier maire de la commune est un Rueher se prénommant Joseph et un de ses assesseurs, un Maurice,   porte le même nom de famille.  En 1792, ce Joseph qui n’est resté a cette fonction qu’une seule année puisque le premier renouvellement des municipalités eu lieu en novembre 1791, achète les terres de l’église du village (biens confisqués pendant la révolution en vertu du décret du 2 novembre 1789),  pour la somme de 1000 livres.   Joseph, Maurice et Leonard Rueher fondent en 1793 le Comité de Surveillance Local, d’après la loi du 21 mars de la même année qui obligeait chaque village de se doter de cette structure de 12 membres qui se devait de dresser une liste des gens suspectés de conspirer contre le gouvernement dans une nation dangereusement menacée , contre les valeurs de la république affaiblie. Un comité qui disparu, l’année suivante, après les événements peu glorieux qui coûtèrent la vie à Robespierre sans aucune forme de procès.

Au 31 décembre 1794, ce même Joseph Rueher devient officiellement Garde-Champêtre. Une fonction qui alors, en milieu rural, est aussi importante que celle de Maire ou d’instituteur. L’année suivante, le Directoire supprime les conseils municipaux  pour les petites communes avec la constitution dite de l’an III et c’est un George Rueher qui devient le seul représentant de Ranspach-le-Haut auprès du Canton de Huningue, district d’Altkirch à laquelle la commune a été rattachée depuis la décentralisation administrative et la création des communes. Il faut préciser qu’alors il n’existait plus qu’un « agent municipal » et un adjoint pour représenter la commune dans les villes de moins de 5000 habitants (avec un pouvoir réduit dont le rôle était surtout d’ordre fiscal). Ce George Rueher là, est l’officier d’état-civil qui unit le 14 Frimaire de l’ An VI, le couple Joseph Rueher & Catherine Dietschy,  les parents de Madeleine, la maman de la Lucie citée en introduction de ce billet.

Sources:

  • Etat-Civil de Ranspach-le-Haut
  • Registres paroissiaux de Ranspach-le-Bas, 5 E 394 (AD68) & 5 Mi 394/1 (microfilm)
  • Nos ancêtres au service des Habsbourg -t2
  • Seigneurie d’Altkirch, contrats de mariage 1650-1720 T.3 R à Z
  • Plaquette Rueher (CDHF)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Stats du Site

  • 102,694 visites

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 5 654 autres abonnés

PageRank
M6R-68

Member of The Internet Defense League

Stop TTIP !
%d blogueurs aiment cette page :