Elsasser Wurtzle

Généalogie, histoire & chronique familiale

Hermann BAUMGÄRTNER, le vieil Armand!

 

ArmandBaumgartner

Sur cet individu, je n’ai pas encore fait de grandes recherches et pourtant j’ai de la matière suffisante pour un résumé provisoire,  en attendant de pouvoir effectuer les vérifications d’usage. Il va servir d’exemple, afin d’illustrer de quelle façon un vague souvenir, ne se rattachant pas à une personne précise, peut devenir l’élément principal, la pièce manquante d’un puzzle !

Le vieil Armand

Hermann naît  le 17 octobre 1887 à Riedisheim, dans la proche banlieue Mulhousienne.  On dit que ce prénom proviendrait du vieux haut-allemand hari signifiant « armée » et mann « homme ». Il voit le jour au domicile de ses parents  Wendelin (le demi-frère de mon arrière grand-père paternel) et Louise née Enderlin. Cette dernière étant la meilleure amie de Marie Meyer mon arrière-grand-mère et  la sœur  d’Emil, témoin du mariage de cette même Marie.  Un couple qui s’est uni, dans ce village de près de 2700 âmes, le 10 décembre 1887.  Il faut savoir que la famille Enderlin était une famille à problèmes dans ce lieu et cela principalement à cause de cet Emil un multirécidiviste qui s’est souvent retrouvé devant les tribunaux. Louise (Luisa pour l’époque) était celle qui dévergonda Marie (Maria) en lui servant de couverture pour aller se faire draguer par les militaires en passant devant leur caserne.

Pour l’état civil du second Reich, il se prénomme seulement Hermann, par contre pour son baptême, un second prénom lui est accolé « Wilhelm ».., comme l’Empereur!

Ceci étant dit, le mariage de ses parents se solde par un échec et le couple divorce.  Louise se remarie avec Lukas SCHÄFER, un ami de son ex-mari qui comme lui était cheminot. C’est une femme de caractère, autoritaire, que la psychologie actuelle qualifierait de mère castratrice et l’absence du vrai papa pèse énormément sur le petit Hermann.

Marie et ses enfants iront souvent chez Louise & Lukas, car les deux femmes continuent à s’apprécier.  Hermann en rupture d’identification paternelle, se découvre des penchants homosexuels ce qui est très mal vécu en cette période à Mulhouse. En 1909, il part faire son service militaire, mais on ignore pour l’instant le corps qu’il a intégré et la durée de son parcours sous le drapeau allemand.

En 1912, alors âgé de 25 ans, sa maman décède. Il est écrivain public et un peu poète, quand il emménage dans un petit meublé à ce qui correspond actuellement au 14 rue du raisin.  Toute sa famille l’accable et rompt les ponts avec lui. Pour vivre son homosexualité, il déménage çà et là,  jusqu’à définitivement fuir l’Alsace en essayant de laisser son passé derrière lui en 1919. Il convient de préciser que selon le paragraphe 175 du Code pénal allemand en vigueur depuis 1871,  un homme qui commet un acte sexuel avec un autre homme est puni de prison, ce qui modèle les esprits et les Alsaciens sont très rétrogrades sur ce point de vue, sans compter, bien évidemment, la vision religieuse,  qui elle fait de ces penchants carrément une abomination!

Avec la fin de la Première Guerre mondiale, Hermann francise son prénom, qui par un tour de passe-passe, devient Armand par rapprochement sonore pour un citoyen germanophone, mais qui tient seulement d’une vague homophonie pour un francophone!   Il faut le préciser, Armand, se traduit par Hartmann en allemand et non Hermann!

En cette période, en Alsace, un autre Hartmann fait parler de lui régulièrement. Il s’agit du Hartmannswillerkopf, ce sommet alsacien théâtre de sanglants combats, d’une boucherie mémorable que les autorités françaises ont rebaptisée « Vieil-Armand ». Une montagne qui était surnommée populairement « la mangeuse d’hommes »!!!

Y a-t-il là, un trait d’humour noir?

Le départ s’imposait pour un endroit plus tolérant où sa fantaisie naturelle ne serait pas un obstacle à une vie qu’il souhaiterait heureuse.

Il devient commerçant et termine sa vie en Île-de-France, dans les Hauts de Seine, à Nanterre où il s’est trouvé un petit boulot de plongeur. Il avait tout juste 62 ans quand il s’est éteint, le 10 juillet 1950 à 21H30 à l’Hôpital Max Fourestier au 403 de l’avenue de la République!

Des recherches complémentaires sont en cours (pour sa période Mulhousienne) et je ne dispose d’aucune photo de lui pour l’instant.

Les pièces du puzzle

Ce qui est étonnant dans son acte de décès, est qu’il est au nom de Armand (Hartmann)  Baumgartner, c’est-à-dire qu’aucun prénom ne correspond à celui de son acte de naissance et que son patronyme retranscrit, ne l’est pas dans règles, en effet, Baumgärtner devrait être rédigé « Baumgaertner » dans la langue de Molière. Par ailleurs, cet acte de naissance ne contient aucune mention marginale. Ce n’est pas tout son acte de décès s’il donne le bon jour, le bon mois.., se trompe sur son année de naissance et 1887 se transforme en 1890.

Là, tous ceux qui s’essayent à rédiger des biographies, mais également les petits malins,  peuvent légitimement se poser au moins deux questions:

  1. Comment diable a-t-il pu trouver le lieu de décès avec pour élément l’acte de naissance qui en outre porte nom et prénom différent et cela sans que l’individu soit marié?
  2. Comment en plus est-il possible d’avoir des informations sur son orientation sexuelle et sur le profil psychologique de sa maman?

Je n’ai pas pour habitude de m’éterniser à sourcer, puisqu’en règle générale, donner la démarche suivie pour glaner les informations; les méthodes pour les recoupements prendraient bien plus de place, que le billet lui-même! Je n’ai pas la prétention de faire un travail d’historien pour lequel, je n’ai pas été formé. Oui, les recoupements sont souvent complexes à traiter et à fortiori de les expliquer.  Fort heureusement, ce n’est pas le cas ici:

Premier point:  Le lieu de décès, la nouvelle correspondance de prénoms n’a pris, que le temps de parcourir son fichier domiciliaire de l’époque où il habitait encore Mulhouse:

FD-Armand Baumgartner

Fichier domiciliaire

On notera que l’identité et la  date de naissance ne laissent pas de place au doute, pas plus que son lieu de décès.

Acte de décès d'Armand Baumgartner

Acte de décès d’Armand Baumgartner

Acte2Naiss-Armand Baumgartner

Acte de naissance de Hermann Baumgärtner

Second point:  Les informations sur son orientation sexuelle et sur le profil psychologique de sa maman. Il s’agit-là d’un souvenir que m’a laissé mon grand-père qui a coté de ses agréables qualités humaines, était en même temps foncièrement raciste; ouvertement homophobe et cultivait un amour immodéré pour les spiritueux locaux qui le rendaient imprévisible.  Cumuler ces trois tares, n’en déplaise aux historiens du politiquement correct, n’était pas rare en ces temps-là (et pas seulement en Alsace). Préado, alors que je l’accompagnais en ville,  pour une raison oubliée,  c’est en passant dans la rue du raisin alors qu’il était partiellement imbibé (il avait le profil d’un épicurien plutôt fêtard), qu’il s’est arrêté devant une porte pour fustiger un cousin qui y avait habité et à qui tout le monde avait tourné le dos pour cause d’homosexualité…  De là le portrait de la maman, etc.. Tout cela sur un ton grave et exagéré, destiné à mieux faire savourer le trait d’esprit comique à venir. Il était comme cela mon grand-père, il avait un vrai talent pour faire rire avec ses jeux de mots intraduisibles parsemés (à doses homéopathiques) de quelques trucs en français, ce  qui rendait cette langue exotique. A cet âge, le plus clair de mon temps, je m’exprimais en alsacien.

A l’époque, je n’avais aucune idée de qui il pouvait bien parler. C’était un véritable moulin à paroles et sans ses traits d’humour qui ponctuaient les descriptions toujours trop graves, il serait probable que je n’aurais pas retenu cette information.  Ainsi, le jour où avec Google Street View,  j’ai parcouru les rues mentionnées dans le fichier domiciliaire, en tombant sur la rue du Raisin  je me suis naturellement souvenu en un éclair , ce que je n’aurais jamais pu me remémorer autrement!

Étonnant, non?

Oui et ?

Cela me convainc qu’il faut toujours écrire avant de vérifier et surtout pas le contraire.., on risquerait d’oublier l’association mémorielle avec l’adrénaline que procure de nouvelles découvertes qui peuvent nous orienter sur des pistes différentes.

J’aime autant le dire, cela me ferait plaisir d’en savoir un peu plus sur lui. Comment, a-t-il vécu la Seconde Guerre mondiale? Existe des photos de lui?  A-t-il été fiché pour son homosexualité?

Y existait-il à Nanterre et à cette époque une communauté Gay qui avait ses lieux de références?

Bref, a-t-il laissé une trace quelconque dans cette ville ou ailleurs et de quoi il est mort?

Ce type d’archives nécessite (à moins de savoir très précisément ce que l’on cherche en sollicitant  un bénévole.. pour sous série 4M par exemple) un déplacement que je ne peux faire ayant d’autres priorités sur des ancêtres directs…

Si quelqu’un tombe un jour sur des infos, qu’il se souvienne que je suis preneur. Enrichir cette courte bio sur une personne qui probablement n’intéressera pas grand monde me ferait vraiment plaisir. Perpétuer son souvenir, c’est un peu pointer du doigt l’obscurantisme religieux d’alors qui modelait les esprits, une France qui considérait cette préférence sexuelle comme une maladie mentale, mais c’est surtout le moyen de sauver de l’oubli celui qui fut, par le passé, considéré comme le mouton noir de la famille!

 

Advertisements

14 commentaires sur “Hermann BAUMGÄRTNER, le vieil Armand!

  1. le blabla de l'espace
    1 décembre 2015

    as tu vu le chasse moute que j’ai trouvé sur mon blog?

    J'aime

    • wurtzele1
      1 décembre 2015

      Mon article a été programmé, car je n’ai pas eu trop le temps de surfer ces derniers jours. Mes incursions sur le WWW étaient vraiment rares et je n’ai donc pas dévoré autant de blogs que d’habitude me concentrant plus sur mes mails et mon G+. J’y jette un oeil!

      J'aime

  2. malyloup
    4 décembre 2015

    je lis toutes ces ‘histoires’ avec grand plaisir car c’est on ne peut plus vivant et je tenais à l’écrire ( il faut ‘écrire avant de vérifier’ et surtout écrire dès qu’on en a *envie*, ce qui est mon cas, présentement 😉 )
    et puis mes restes d’allemand scolaire m’amènent à traduire ‘baumgärtner’ par ‘jardinier de l’arbre’ (mais je ne sais si c’est ‘juste’!) et mon amour de la forêt me rend cet armand-hermann bien sympathique
    et oui, suis contente qu’hommage lui soit ainsi rendu si de son vivant il fut rejeté….

    Aimé par 1 personne

    • wurtzele1
      5 décembre 2015

      Merci beaucoup 🙂 « Jardinier de l’arbre ».., arboriculteur, donc? 😉

      Oui, c’est bien un hommage dans mon esprit, mais surtout une tentative de retracer le passé, de la manière la plus juste possible. Un travail de conscience, pour un tableau que je ne cherche pas à embellir artificiellement.

      Aimé par 1 personne

      • malyloup
        5 décembre 2015

        oui ‘arboriculteur’ of course! merciii 🙂
        et oui, j’aime cette façon de décrire son passé ‘au plus juste’ 🙂

        J'aime

  3. lison536
    12 décembre 2015

    Bonsoir Elsasser,
    Je suis très intéressée par tes articles. Je ne connais pas ton coin de pays. J’ai visité la France mais je n’ai pas eu le bonheur de visiter l’Alsace. Par contre, mon beau-frère dont la mère est américaine et le père européen me parlait de la ville de Mulhouse. Il y aurait un musée de l’automobile où le nom de son grand-père Tjaarda est cité. Il serait le créateur d’un moteur d’automobile utilisé par Ford dans les années 30. Je sais que le père est d’origine Suisse et Écossaise. J’aimerais savoir qu’elle est la région qui voisine l’Alsace en Allemagne. J’ai un trou de mémoire.
    Merci

    J'aime

    • wurtzele1
      12 décembre 2015

      Bonjour Lison,

      Merci pour votre intérêt. Je suis Mulhousien, cela fait un moment que je ne suis pas allé au Musée de l’auto, c’est un endroit où ma maman a été ouvrière avant qu’il ne devienne un leu culturel. Le patronyme Tjaarda ne m’évoque rien, mais si un jour j’y retourne, je ne manquerais pas de rechercher cette mention 🙂

      L’Alsace est frontalier avec l’Allemagne ainsi que la Suisse et Mulhouse est à une vingtaine de kilomètres de la frontière allemande

      J'aime

  4. lison536
    12 décembre 2015

    Mon amie française fêtera son 70e anniversaire en France et nous sommes invités.
    Donc en juin 2017 nous irons à Nontron 24 en Dordogne. C’est près de Bordeaux (pour les Québécois qui te lisent) car je sais que tu sais…Nous en profiterons pour visiter Mulhouse et sa région…Tant qu’à Hermann, être gai à n’importe quelle époque a toujours a toujours été difficile. Au Québec, les gais s’affichent davantage mais ils sont méprisés par certaines personnes et admirés par d’autres. Il y a beaucoup d’artistes parmi eux. J’ai travaillé dans un Cégep, un milieu ouvert aux différences. Avec la sécurité d’emploi, les gais ne craignaient pas le renvoi pour cause d’orientation sexuelle. Des efforts étaient faits pour aider le personnel et les étudiants à accepter leur orientation. J’ai des amis gais, pour les mâles leurs chums de gars sont des filles. Pour les filles avoir un chum gai c’est spécial car il n’y a pas de tension sexuelle. Il nous aide à comprendre le mystère masculin (eh oui, il y en a un)…Bonne continuité dans tes recherches pour Hermann.
    Lise-Andrée

    J'aime

  5. wurtzele1
    14 décembre 2015

    Savoir ce que l’on va faire 1 an ½ à l’avance, m’épate toujours!
    Quand vous viendrez à Mulhouse, laissez-moi un mot 🙂
    Il y a en plein centre ville, 2 musées gratuits qui ne sont pas dénués d’intérêt pour autant. Surtout en ce qui concerne le musée historique!

    Essayez de prendre le temps d’y jeter un oeil!

    J'aime

  6. lison536
    14 décembre 2015

    Merci beaucoup, je n’y manquerai pas. La qualité et la présentation de vos textes sont remarquables. Je découvre…avec grand plaisir.

    Aimé par 1 personne

  7. lison536
    21 décembre 2015

    Passez de très Joyeuses Fêtes avec votre famille. Du rire, des bizous (à la française), beaucoup de bonheur et de sérénité.

    Aimé par 1 personne

  8. wurtzele1
    24 décembre 2015

    Je vous souhaite aussi de passer de belles fêtes de fin d’année auprès de ceux qui vous sont chers. Bises

    Antoine

    J'aime

  9. Eric Henry Feret
    1 février 2017

    Bonjour cher monsieur,
    Afin de creuser un peu plus loin, vous devriez peut être faire une demande (en ligne et gratuite) aux Archives des Hôpitaux de Paris (le lien sera en fin de message). Sur la colonne de droite, vous pouvez demander, en y insérant le plus d’informations possibles (nom, prénom, date de décès, nom et adresse de l’hôpital) la copie de l’acte de décès (différent de celui de la mairie) et du « registre de destination des corps ». Cela donne toujours quelques infos supplémentaires. Le délai de réponse est relativement rapide (ma dernière demande : 1 semaine). La réponse est effectué par mail, avec la copie des actes.
    Cordialement,

    Eric-Henry

    http://archives.aphp.fr/recherche-par-correspondance/

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Stats du Site

  • 114,944 visites

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 5 729 autres abonnés

PageRank
M6R-68

Member of The Internet Defense League

Stop TTIP !
%d blogueurs aiment cette page :