Elsasser Wurtzle

Généalogie, histoire & chronique familiale

D’r Wiehnàchtsbàuim

Sapin2Noël-2

Ce soir, c’est le réveillon de Noël et le sapin qui trône dans votre salle- à-manger, ou dans votre salon, méritait bien un billet pour le remettre à l’honneur bien au-delà de sa fonction décorative. Ce n’est absolument pas un arbre anodin et pour vous en assurer, il faut saisir ce qu’il représente tout au long de son histoire dans notre culture.

Là où il y a une famille alsacienne chrétienne, il y a un sapin de Noël: D’r Wiehnàchtsbàuim, comme on le prononce dans le Haut-Rhin. La plus veille mention connue en France d’un de ces sapins de Noël se trouve à la bibliothèque humaniste de Selestat , dans un document datant de 1521.  Dans les faits, l’Alsace qui n’était pas française, ne peut se vanter d’être le berceau de cet élément, si particulier, à cette fête de fin d’année. Il en subsiste d’autres antérieures à cette date, dont la plus ancienne remonte en l’an 1419 à Friburg-im-Brisgau  pour un arbre décoré. Toutefois, le document original.., n’existe plus!

Historiquement, les débuts de l’utilisation d’un arbre décoré ( a différentes périodes de l’année) sont impossibles à dater, on en retrouve les coutumes dans de nombreuses cultures, mais dans sa forme actuelle, il s’agit clairement d’un héritage chrétien. Bien que là encore, il était question de faire barrage à d’autres vieilles traditions païennes assimilées par le christianisme dans un esprit de récupération. La frontière étant toujours floue.

Chez les celtes, on prétend que chaque mois était représenté par un arbre différent, le sapin en est l’un d’eux. Malheureusement, aucun élément historique ou archéologique ne l’atteste. Chez les germains, pendant le solstice d’hiver, la Julfest (fête de Yule d’origine scandinave) , on raconte, qu’ils décoraient à l’extérieur avec des fruits, des fleurs, du blé, une variété tardive de pommier dont les fruits se conservaient de décembre au mois de mai de l’année suivante. Une fête à laquelle on attribue aussi l’origine de la bûche de Noël, mais qui est controversée par les chrétiens embarrassés par l’accusation d’un complot de récupération. Néanmoins, il est évident que ce mot et cette fête existait déjà bien avant la venue des premiers évangélisateurs. Sauf que là encore, on ne sait que très peu de choses sur son contenu rituel et l’histoire de cet arbre décoré pourrait , bien être une extrapolation tardive. La parenté entre Celtes et Germains est réelle et ce qui est valable pour un peuple, l’est également pour l’autre en matière d’arbres.

Quoi qu’il en soit, ce qui est certain est que les Romains, rendant un culte au dieu Janus,  l’on associé symboliquement à la nuit la plus longue et du jour le plus court de l’année: le solstice d’hiver. En cette période, ils décoraient leurs maisons de branches de lauriers, mais suspendaient aussi des branches de résineux au plafond quand il ne s’agissait pas, carrément, de petits sapins!

Nombreuses sont les croyances où il faille ramener du vert dans la maison pour cette période et l’objet de ce billet, n’est pas d’en faire le tour.

Comme, je l’ai suggéré, ne pensez pas que le Sapin est venu décorer la fête de Noël comme un vague souvenir de temps anciens, d’anciennes croyances. Il est vivant et vivace dans les esprits et cela jusqu’au début du XXe siècle. Les croyances d’antan sont revêtus d’habits neufs, mais ils ne sont pas complètement dénaturés pour autant.

La ville de Thann (étymologiquement « Sapin ») dans le Haut-Rhin, dispose d’une légende concernant une relique de Saint Ubald se trouvant à la Collégiale Saint-Thiébaut et qui a beaucoup marqué les croyants du coin. De nos jours encore, on y brûle trois sapins pour célébrer cette légende et l’acte fondateur de cette ville.

Pour les feux de la St-Jean, les bûchers sont surmontés d’un sapin etc.

Il est dans la médecine de nos aïeux, mais la science actuelle semble également lui trouver des attraits. Sa résine surtout était un incontournable médicament, une pommade réputée, entre autre pour soigner les plaies et on utilisait cette même résine pour produire un encens de qualité!

L’imaginaire alsacien le lie à la vie, à la longévité , mais aussi à la fécondité.., une notion celtique. Autrefois, les femmes durant le mardi gras étaient flagellées rituellement sur le ventre avec des branches de sapin, dans le but de favoriser des naissances. C’est également l’arbre dédié à la déesse Artémis dans la mythologie grecque,  protectrice des femmes qu’elle assiste aux accouchements.

C’est assurément un arbre que l’on retrouve en  de nombreuses occasions et fêtes. Il résiste au froid, reste toujours vert, à une durée de vie de 500 ans et il faut bien le dire, c’est un géant!

Ses branches étaient utilisées pour se protéger de la foudre; parfois même sur un chapeau quand il fallait sortir par mauvais-temps. Bon, je ne suis pas très convaincu de l’utilité dans ce cas de figure, mais l’essentiel c’est qu’eux l’étaient!

richtfestPendant les rameaux, les branches de cet arbre entraient dans la confection de palmes avec lequel on frappait (pas violemment hein?) le dernier enfant à sortir de l’église. Une autre vieille coutume en Alsace et qui se poursuit encore de nos jours, le Richtfest, veut que quand on achève le gros oeuvre d’une maison, il faille orner la charpente d’un petit sapin. Une fête donnée par le propriétaire de la maison pour remercier les divers artisans qui ont œuvré à sa construction et le sapin est ainsi censé apporter le bonheur, fécondité

Reprenant ce qui avait déjà l’habitude de se pratiquer au domicile de ses ouailles, l’arbre de Noël est d’abord apparu dans les églises dans une version chrétienne revisitée: un sapin sur lequel était accroché des « Santi-Claus Äppfele » (petites pommes de Saint-Nicolas ) pour rappeler la chute d’Adam & Eve, l’arbre du paradis et des hosties pour la rémission des péchés par le Christ. La première mention écrite d’un arbre de Noël dans la cathédrale de Strasbourg l’est pour l’année 1539. Ceux qui avaient déjà l’habitude d’utiliser le sapin comme symbole incarnant la croyance celte de force de vie, en pensant pouvoir obtenir la santé tout le reste de l’année, en firent progressivement de même en remplaçant les hosties par des Bredeles et des pains d’épices. La première version ayant été accroché au plafond (on trouve des références à cette pratique jusqu’au XVIe siècle) .., tête en bas !  Comme à l’époque des fêtes païennes !

En Alsace, les cultures s’additionnent .., se mélangent et peinent à disparaître. Chaque envahisseur y laisse sa marque, l’alsacien essaye d’en  récupérer le meilleur.

Néanmoins, une légende propagée d’après les écrits du prêtre Willibald de Mayence, veut que « d’r heilige Bonifatius (Saint Boniface) », en évangélisant le nord de la Hesse , dans un lieu qui correspond de nos jours à un quartier précis de Fritzlar, a créé un incident en abattant l’arbre sacré des Chattes en l’an 723: Le chêne de Donar (Donareiche) qui était l’équivalent local du dieu Thor des scandinaves (Donar/Donner=Tonnerre). Par ce geste, l’on dit qu’il voulait démontrer que cet arbre majestueux n’avait rien de sacré afin de vanter la supériorité du christianisme sur les rites païens. En tombant, sous un seul coup de hache (sic), par son poids, l’arbre écrasa tout les autres arbres qui se trouvaient sur son passage, à l’exception d’un jeune sapin. Il aurait alors profité de cette occasion, pour faire de ce banal hasard, la démonstration d’un miracle!

Il déclare ce petit sapin comme étant l’arbre de l’Enfant Jésus alors que pour ces germains, il représentait déjà et depuis des siècles, l’arbre de l’enfantement ce qui reste, de fait, symboliquement acceptable.., voir une suite logique.  Emporté par son désir de voir ce peuple se convertir, il  utilise le bois du chêne en prévision de la construction de la première église du lieu et qu’il placera sous le patronage de Saint-Pierre. La légende veut que la nuit de Noël, ce petit sapin fut rendu lumineux avec des bougies, ce fut dit-on, le premier sapin de Noël.

A domicile, illuminer l’arbre est venu bien plus tardivement. En effet, les bougies et la cire étant considérées comme un luxe, la première version domestique consistait en des coquilles de noix remplies d’huile dans laquelle une mèche baignait.

Dans la version allemande de « Mon beau sapin », la dernière strophe nous invite à la réflexion:

O Tannenbaum, O Tannenbaum,
Dein Kleid will mich was lehren:
Die Hoffnung und Beständigkeit
Gibt Mut und Kraft zu jeder Zeit!
O Tannenbaum, O Tannenbaum,
Dein Kleid will mich was lehren.
Ô sapin, ô sapin
Ton habit veut m’enseigner quelque chose
Espoir et stabilité
Il donne tout le temps courage et force
Ô sapin, ô sapin
Ton habit veut m’enseigner quelque chose.

Regardez-vous autrement votre petit sapin de Noël? Vous a t-il enseigné quelque chose ?

Joyeux Nöel à tous les visiteurs du moment et dans notre dialecte..,Gleklika Wïenàchta binànder!

27 commentaires sur “D’r Wiehnàchtsbàuim

  1. chatporon
    24 décembre 2015

    A reblogué ceci sur Un Tiers Cheminet a ajouté:
    La plus ancienne attestation du sapin de Noël est celle de Friburg im Brisgau en 1419, en terres alémaniques. A tout seigneur, tout honneur !

    Aimé par 1 personne

  2. Pierre Lagacé
    24 décembre 2015

    A reblogué ceci sur Nos ancêtreset a ajouté:
    Dans l’esprit des Fêtes

    Aimé par 1 personne

  3. Denise Thibault
    24 décembre 2015

    Très intéressant de lire ce beau texte sur le sapin de Noël On ne le regardera plus de la même façon.Il a son histoire.Mon beau sapin comme j’aime ta parure!
    Merci et Joyeuses Fêtes et Fêtez près du beau sapin!

    Aimé par 1 personne

  4. lison536
    24 décembre 2015

    Bonsoir, Elsasser,
    Je viens de terminer un repas avec notre fille, notre gendre et nos petits-enfants. Le rire est de la partie…Tout en lisant votre très beau texte sur l’origine du sapin de Noel en Alsace, j’écoutais l’enregistrement des chants en allemand. Cela ajoutait une touche magique à vos écrits. Dehors, le vent souffle sur le sapin illuminé, projetant des ombres sur le mur de la maison. L’ambiance est festive, les enfants sont sages. Nous irons à la messe de minuit pour que nos petits-enfants entendent pour la première fois les chants de Noel par une chorale. C »est un temps où les cœurs sont disposés au partage…Joyeux Noel!

    J'aime

  5. Raymonde
    24 décembre 2015

    merci Joyeux Noel!

    J'aime

  6. Pingback: Calendrier de l’Avent 2015, jour #24 | La Cuisine des Anges

  7. jmg013
    24 décembre 2015

    Bel article, quasi encyclopédique. Vous faites bien de rappeler que le sapin de Noël est un symbole chrétien à la promotion duquel Martin Luther a contribué et qui, personnellement, m’agace au moins autant que la crèche dans les lieux publics.

    J'aime

    • wurtzele1
      24 décembre 2015

      Vous êtes bien dur avec nos beaux sapins! Ils ont au moins le mérite d’apporter un air festif à nos rues et foyers. Personnellement, un vert manteau étincelant sur un axe bien droit me parle autant que sa forme pyramidale. Finalement, ce symbole a quelque chose d’universel même si ses racines ne sont pas bien profondes🙂

      Aimé par 1 personne

  8. Gilles Labruyère
    24 décembre 2015

    Joyeux Noël à vous également, Wurtzele1 !

    J'aime

  9. Pingback: D’r Wiehnàchtsbàuim ! | velomaxou

  10. feuillesdardoise
    24 décembre 2015

    Il m’est arrivé de fêter Noël sans crèche, mais jamais sans sapin ! Pour moi, vraiment incontournable. Dans l’Ouest aussi, le sapin était présent, et on l’ornait tout en haut d’une étoile dorée, aussi grande que possible !
    Mais je ne savais pas que cet arbre était si chargé symboliquement.

    Très joyeux Noël et fêtes de fin d’année à vous et à votre famille !

    Aimé par 1 personne

    • wurtzele1
      26 décembre 2015

      Merci beaucoup pour cette douce pensée. Etant athée je n’utilise pas de crèche (pourtant j’ai des éléments en plâtre datant de la fin du 19e), mais le sapin reste un incontournable pour créer une ambiance festive en communion avec tous ceux qui par le monde, croyants ou non, font de ce moment une période de paix, d’amour et de partage.

      Passez un bon réveillon!

      Aimé par 1 personne

  11. Annick H.
    24 décembre 2015

    Merci pour ce billet tres bien recherché. Je n’aurais jamais pense que la tradition que mon pere respectait en mettant un sapin a chaque fois qu’il finissait une toiture avait une relation avec le sapin de Noel. Et expliquez-moi pourquoi, moi qui suis francaise et habite aux USA, prefere toujours les chants de Noel comme « O’ Tannenbaum » et « Stille Nacht » chantes en Allemand et ca depuis la 6ieme quand nous les avons appris en classe?
    Joyeux Noel! et Bonne Annee!

    Aimé par 1 personne

    • wurtzele1
      26 décembre 2015

      La relation est dans la symbolique antérieure du sapin, pas avec Noël. Peut-être, avez-vous eu conscience, d’une manière ou d’une autre, que notre véritable fête de Noël était d’origine germanique?

      Pour ma part,ce sont des chansons entendues pour la messe de minuit à l’église du quartier quand j’étais enfant et que l’on écoutaient sur des 33t à la maison. Je n’ai donc pas ce sentiment merveilleux de découverte chargé de mystères comme vous nous l’exposez.

      Passez un bon réveillon pour la dernière grande fête qui nous glissera vers l’année suivante🙂

      J'aime

  12. malyloup
    24 décembre 2015

    joyeux noël et merci encore pour cet article si passionnant🙂

    Aimé par 1 personne

  13. agnesb62
    28 décembre 2015

    Merci pour ce bel article « de saison » et bonne année 2016 à vous !

    Aimé par 1 personne

  14. Georges 2679
    30 décembre 2015

    J’ai beaucoup apprécié cet article sur les sapins de Noël.
    Tous mes bons voeux pour la nouvelle année.

    J'aime

  15. Éric G. Delfosse
    31 décembre 2015

    Trop tard pour souhaiter un « Joyeux Noël »…
    Mais pile le bon moment pour un « Bon Réveillon de St Sylvestre » et un « Bonne année 2016 » !

    J'aime

  16. Alice Et Les Mots
    5 janvier 2016

    Un bel article pour évoquer tout un symbole, à l’heure où les pauvres sapins usagés s’entassent dans la rue !…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Stats du Site

  • 102,692 visites

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 5 654 autres abonnés

PageRank
M6R-68

Member of The Internet Defense League

Stop TTIP !
%d blogueurs aiment cette page :