Elsasser Wurtzle

Généalogie, histoire & chronique familiale

Ça s’est passé un 14 février

SV1-c

En cette fête des amoureux, j’ai à nouveau secoué mon arbre généalogique et il me faut confesser que la récolte du jour, reste assez maigre. j’ai épuisé tous les mariages de la Saint-Valentin dans de précédents écrits. D’accord, la photo n’est pas particulièrement glamour, mais elle a le mérite de représenter la personne par qui j’arrive au nom de famille dont ce billet va traiter.

Plus de mariages, ok.  Cependant, il me reste des naissances et je vais, cette fois-ci, vous entretenir de Vallentin Keller né le 14 février 1821 à Artolsheim (67). Un patronyme que j’hérite par mon arrière-grand-mère Félicité, mon sosa 15 native de Mackenheim (un village situé dans le même département, à environ trois kilomètres plus au sud).  Concrètement, je suis un descendant à la 4e génération d’un cousin de ce Vallentin.  En effet, Veit Keller un bourgeois de Wasenweiler dans le Baden-Württemberg est en même temps son grand-père et mon  ancêtre à la 6e génération. Pour ceux qui ne connaissent pas, Wasenweiler se distingue en étant le coin le plus chaud d’Allemagne. A ce stade, les conditions climatiques doivent probablement passer au second plan et vous commencez à avoir mal aux yeux.  Cependant, il n’y a pas d’erreur puisque l’officier d’état civil, en la personne de Joseph Steibli,  dans une envolée d’excès de zèle voire d’humour, retranscrit ce prénom avec deux « L » et tant pis si cela vous agace.

S’appeler Valentin le jour où l’on honore ce Saint, c’est très courant.   A priori, il n’y a pas matière à noircir une page. Sauf que, le papa de ce Valentin se prénomme aussi Valentin. Et alors? Il est également très courant, qu’un fils reçoive le prénom de son père.  Ce qui l’est moins et carrément étrange, c’est que ce papa est aussi né un 14 février!

Que dites-vous de cela?  Là, pour le coup, cela mérite d’être souligné!

Ce Valentin, fils de Veit est également natif de  Wasenweiler, où il a vu le jour le 14 février 1788. Il est meunier et se marie le 12 février 1817 à Artolsheim avec Barbe Nachbaur (à deux jours près c’était bon pour la triplette). Je ne dispose pas pour l’instant de la date de la cérémonie religieuse, qui pourrait éventuellement s’être déroulée à une date plus symbolique.

Quant-au  Valentin aux deux « L », il passe de vie à trépas à l’âge de 14 mois.  Comme un défi lancé à cette destinée refusée, les parents transmettent son prénom (mais avec un seul « L » cette fois-ci)  à un autre de leur enfant qui naît en 1826 et pour lequel, je n’ai effectué aucune recherche.

Bien évidemment, à cette époque, on ne fêtait pas la Saint-Valentin, mais on restait attentif au Saint du Jour dont on connaissait les attributs.

Comme c’est souvent le cas, il se trouve qu’il s’agit là aussi d’une fête païenne, que le clergé récupère  savamment par juxtaposition d’un symbolisme équivalent. Un peu plus haut, je vous est parlé de Veit Keller, mais Veit en allemand se traduit par Guy et cela me conduit à des explications supplémentaires. Ce n’est un secret pour personne, il existe trois saints Valentin: L’empereur romain Claude II, L’évêque de Terni, Valentin de Rhétie. Ce qui est important, c’est le fil conducteur qui va nous éloigner des petits chocolats, des amoureux etc.

En effet, en Allemagne (donc par extension linguistique et culturelle en Alsace), quand on pense à la Saint Valentin, on pense à Valentin de Rhétie qui aurait vécu au Ve siècle et qui est souvent représenté avec un enfant épileptique à ses pieds. On le prie pour espérer la guérison du  grand mal. Une confusion avec ses homonymes, pourrait expliquer son association avec la fête des amoureux. Le fil conducteur en question, est une légende familiale qui parlait d’un ex-voto dans un lieu de pèlerinage que je n’ai pu retenir et dont on prétend qu’il porterait la mention en allemand d’un Keller de notre famille ayant été guéri de cette terrible maladie. Une maladie alors attribuée alors à l’emprise d’un démon.  Il faut savoir qu’à Wasenweiler se tient également une  chapelle datant du quatorzième siècle dédiée à St-Vitus (Saint-Guy).   A l’intérieur, s’y trouve un véritable trésor artistique: des fresques du quinzième siècle.  Saint-Guy, est également le patron des épileptiques. Il donne, par ailleurs, son nom aux mouvements involontaires sous la forme de « danse de St-Guy ». et on s’y déplaçait parfois de très loin pour l’invoquer. Alors passer de Veit à Valentin, il reste peut-être un désir de protéger  le foyer en ayant au moins un enfant qui rendrait hommage à un de ces deux saints  ?

  • 14.02.1788= FHL Microfilm (Mormons) N° 871373
  • 12.02.1817= Etat-Civil d’Artolsheim, registre des mariages de 1817, acte N°5
  • 14.02.1821= Etat-Civil d’Artolsheim, registre des naissances de 1821, acte N°4

8 commentaires sur “Ça s’est passé un 14 février

  1. malyloup
    14 février 2016

    très intéressant! merci! mais suis intriguée par cette phrase vers la sixième ligne avant la fin du texte: « A l’intérieur, il cache s’y trouve un véritable trésor artistique »…..🙂

    Aimé par 1 personne

    • wurtzele1
      14 février 2016

      Voici une partie de la fresque du 15e >Wiki.de

      Aimé par 2 people

      • malyloup
        14 février 2016

        waaahhhhh extraordinaire!!!! je n’avais pas vu qu’on pouvait cliquer sur le mot ‘chapelle’ dans la phrase précédente (peut-être mettre les mots ‘cliquables’ en italique?) merci infiniment pour ce cadeau de st valentin🙂

        J'aime

  2. Jean-Paul Krebs
    14 février 2016

    Diable ! Comment ce Valentin, meunier de Wasenweiler, né un 14 février, s’y est-il pris pour donner naissance à son fils un 14 février ? Pour sûr c’était délibéré et pour que les généalogistes parlent de lui des siècles plus tard🙂
    J’irai voir cette chapelle au fresques du XVe. Merci.

    Aimé par 2 people

  3. wurtzele1
    14 février 2016

    D’après ce que j’ai compris, il faut prendre rendez-vous..pour la visiter. Je ne me suis pas encore déplacé, mais peut-être cet été🙂

    J'aime

  4. sissistronnelle
    14 février 2016

    De l’art de l’article recelant de choses, anecdotiques ou importantes, toujours intéressantes, et si plaisamment racontées!

    Aimé par 1 personne

  5. jmg013
    15 février 2016

    J’ai des ancêtres au Kaiserstuhl, mais je ne connaissais pas ce Sankt Vitus : quand on pense au sens du mot « vit » en ancien français…

    Aimé par 1 personne

    • wurtzele1
      15 février 2016

      Excellent! Bah, à la St-Valentin,Saint Vit la ferveur amoureuse.
      ..En attendant Pâques pour le reste du paquet🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 14 février 2016 par dans Actualités, Artolsheim, Keller, Saint-Valentin, et est taguée , , , , , .

Catégories

Stats du Site

  • 102,692 visites

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 5 654 autres abonnés

PageRank
M6R-68

Member of The Internet Defense League

Stop TTIP !
%d blogueurs aiment cette page :