Elsasser Wurtzle

Généalogie, histoire & chronique familiale

Les SCHWAB du Val de Villé

maisonSCHWAB

Triembach-au-Val 1924-2015, demeure familiale

C’est avec ma maman qu’apparaît ce patronyme pour lequel, deux branches principales existent dans mon arbre. La première, fait l’objet de ce billet et la seconde se résume à mon sosa 3239 (une Margaretha née avant 1640, dans le canton d’Obernai à Blienschwiller, pour laquelle je ne dispose pas de renseignements sur ses ascendants). Il s’agit probablement, d’une seule et même famille dont le nom, géo-localisateur, désigne celui qui est originaire de Souabe.

Les variantes patronymiques trouvées dans mon arbre sont: Schwaab, Schwob. Dans d’autres arbres, on le trouve aussi orthographié:  Schwabe,  Schwoob, etc… Un patronyme que l’on retrouve aussi chez les Juifs Ashkénazes,  une branche que l’on pourrait supposer bien distincte.

Mes Schwab, tous catholiques, se déroulent dans l’ordre comme suit:

Jacqueline SCHWAB 1938-2007 [sosa 3]. Je recherche toutes les personnes avec qui elle était à l’école, au travail ou encore avec qui elle a pu échanger une correspondance. Le premier jet d’une biographie existe sur l’espace privé.

|

Marie Joseph SCHWAB 1902-1956 [sosa 6] Maître-mineur, ingénieur électricien aux mines de potasse et apiculteur amateur. Un grand-père que je n’ai jamais connu étant donné que la maladie l’a emporté avant ma naissance. Il avait beaucoup de cordes à son arc. Je suis encore en quête d’anecdotes ou d’informations le concernant. Une biographie provisoire existe sur l’espace réservé à la famille.

|

Eugen SCHWAB 1872-1953 [sosa 12] Tisserand, vigneron, cultivateur, il est appelé sous les drapeaux à la Königlich Preußisches Reserve-Feldartillerie-Regiment Nr. 9 il y fait son temps et épouse en 1901, Barbe FREYMUTH, avec qui il vivait déjà avant de se marier. Il est appelé une seconde fois à servir le Kaiser à une époque où l’on envoie les alsaciens sur le front de l’est. Il a alors le grade de Sergent et devient brancardier une fonction un peu plus reposante, privilège de l’âge, car en 1914, il a quand même 42 ans. Il évite le front en s’auto-mutilant, en se tirant « accidentellement une balle dans le pied. Il aurait été élu maire de Triembach-au-val, un cours temps avant que l’administration française l’exclut parce qu’il ne maîtrisait pas assez bien la langue. Son histoire est en écriture sur les pages réservées à la famille.

|

Joachim SCHWAB 1841-1903 [sosa 24].  Boulanger, tisserand, il épouse en 1869 à  Triembach-au-Val  Joséphine NUSBAUMER. 4 enfants? Sur ce blog existe un résumé de la biographie existante sur les pages protégées.

|

Antoine SCHWAB 1805-1873 [sosa 48]. Natif de Triembach-au-Val, il devient vitrier et se marie dans ce même lieu , en 1834 avec Salomae Klein qui portera dix enfants de lui. Une bio est prévue, mais est au stade de récolte de données.

|

Frantz Josef SCHWAB 1774-1851 [sosa 96]. Vigneron, il épouse en 1798 à Triembach-au-Val, lieu où lui même est né,  Marie-Anne MUNSCH qui affiche une année de plus que lui. Huit enfants naissent de ce couple.

|

Frantz-Josef SCHWAB 1748-1824 [sosa 192], Vigneron né à Triembach-au-Val qui s’unit en 1770 avec Barbara MEYER de trois ans son aînée.  Sept enfants voient le jour.

|

Adam SCHWOB 1705-1781 [sosa 384], Vigneron natif de Triembach, il y épouse Anna Von der SCHEER en 1742. Elle a quatre ans de plus que lui et lui donne cinq enfants. 

|

Thomas SCHWOB  ca 1670-ca 1723 [sosa 768]. Vigneron, musicien, il épouse en 1699 Salomae ILL qui lui donne neuf enfants.

|

Mathias SCHWOB ca 1630-1692 [sosa 1536] se marie avec Anna-Maria KUONER (SCHNEIDER). On ne connait que quatre enfants à ce couple.

|

J’en suis un descendant à la dixième génération.

Il existe d’autres Schwab dans le Val-de-Villé et il se pourrait que ce Mathias fasse partie de la descendance du couple  Jacob SCHWOB & Pétronilla STURING d’Erlenbach. Une supposition gratuite, puisque je n’ai rien pu trouver pour remonter ce patronyme d’une génération supplémentaire.

Des recherches sur ce nom de famille m’offrent également, les constatations suivantes:

Sur familysearch, un Endres Schwab né en 1534 à Blaufelden, dans l’arrondissement Schwäbisch Hall, district Stuttgart de  l’actuel BadenWürttemberg, semble être le plus ancien porteur de ce patronyme, en ce qui concerne le dépouillement des registres en ligne pour l’Allemagne.

Curieusement, la mention la plus ancienne d’un Schwab, que j’ai pu découvrir, apparaît dans les travaux d’ Ernest Meininger (1852-1925), journaliste, historien, généalogiste de renom, archiviste de la ville de Mulhouse. Ville où une très ancienne famille de notables porte ce nom. Conrad Schwab en 1236 et 1239 s’y retrouve sur la liste des prévôts.  Cette famille, qui arborait comme blason  « un lion rampant et une fasce brochante sur le tout », se serait éteinte au XIVè siècle, selon cette même source.

Au CRHF, une notice précise que ce patronyme, parfois latinisé en SUEVUS était déjà bien implanté dans le Haut-Rhin. On retrouve, par exemple, dès 1210, un Ulricus SUEVUS, moine de l’abbaye de Murbach.

On y lit aussi: « A Rouffach sont connus au début du XIVè siècle Hans SCHWOB et Peter SCHWOB le boulanger (Urkundenbuch de Th. WALTER). En 1512 et 1523, Conrad SCHWOB possédait des biens à Riedisheim (Archives de la ville de Mulhouse). A Landser vivait en 1534 Heinrich SCHWAB, son épouse Margred GERWIG et leurs enfants (« Registres des Fondations d’Anniversaires du Chapître Inter Colles » aux Archives Départementales du Haut-Rhin). La plupart des familles SCHWOB vivant à l’heure actuelle résident ou sont issues de la vallée de la Largue. Dès 1627, donc avant les grands courants migratoires consécutifs à la Guerre de Trente Ans, Jean SCHWOB dit le jeune est juré de la mairie de la Largue, sous l’autorité du maire Andres STRAUB. En 1664, le fils venant de naître au sein de la famille de Johann BLOMLEIN et de Barbara SCHWOB de Franken eut une grande hémorragie. Ses parents ayant invoqué Notre-Dame de Mariastein, il se remit. Un tableau votif qui se trouvait à Mariastein rappelait ce miracle. Une des plus vieilles maisons de Hindlingen. Au XVIIè siècle, une famille Schwob vivait dans ce village Le village d’Altenach abritait plusieurs familles SCHWOB. Les registres paroissiaux anciens, exploités dans le cadre du programme ALEXSYS, débutent en 1662 par l’acte de baptême de Jean Thiébaut SCHWOB dont la marraine fut la noble Jeanne KEMPF d’Angreth (Nobili Joanna ab Angeroeth) ».

Peut-être avez vous de la matière, voire des renseignements supplémentaires sur un ou plusieurs individus de mon arbre? Dans ce cas, utilisez ce formulaire et croisons nos données🙂

Tous les billets concernant ce nom de famille sont regroupés dans la rubrique Schwab.

9 commentaires sur “Les SCHWAB du Val de Villé

  1. Audrey
    5 mars 2016

    Je possède également deux branches de SCHWAB dans ma généalogie, une dans le Val-de-Villé et une à Wissembourg. Pour la branche du Val-de-Villé, je n’ai pas trouvé plus de renseignements que vous (Thomas SCHWOB, votre sosa 768, est mon sosa 1828). Concernant mes SCHWAB de Wissembourg, ils sont originaires d’Aschaffenburg, en Bavière. Je n’ai trouvé aucun lien entre les SCHWAB de Wissembourg et ceux du Val-de-Villé.

    Aimé par 1 personne

  2. wurtzele1
    5 mars 2016

    Nous cousinons donc🙂

    J'aime

  3. velomaxou
    6 mars 2016

    Catholiques et « cathodiques » les Schwab! si j’en juge par les paraboles sur le toit

    Aimé par 1 personne

    • wurtzele1
      6 mars 2016

      Lol😀 Les catholiques s’expriment en paraboles.., c’est bien connu!

      J'aime

  4. L'Ornitho
    7 mars 2016

    Je ne connais qu’un Schwab – Werner, auteur autrichien de théâtre (de Graz) ; mais je n’ai aucune autre info sur son parcours (1958-1994).

    Aimé par 1 personne

  5. Annie Schwab
    9 avril 2016

    Je suis une descendante des SCHWAB de Sélestat, précédemment établis à Triembach et Villé, comme le montrent les actes de mairie pour mes ancêtres les plus proches en ma possession.
    Une collègue à moi portant le même patronyme m’a expliqué que les « SCHWAB » alsaciens venus travailler en Lorraine, comme mon grand-père Albert, étaient très mal vus, et que le patronyme avait pris là-bas une connotation négative.

    J'aime

    • wurtzele1
      9 avril 2016

      Merci pour vos lumières. Nous cousinons donc et cela me rend très curieux sur notre tronc commun🙂
      Il existe encore en 2016 de nombreux villages où quand on vient d’ailleurs, on est regardé en chien de faïence.
      De nombreux facteurs pouvaient déclencher une telle focalisation. La xénophobie ordinaire à une époque où d’un village à l’autre, on perdait sa respectabilité…, alors d’un département à un autre, le grand amour mettait forcément du temps à venir! Il y a eu dans le cas des Schwab plusieurs bagnards qui ont porté ce nom et cela suffisait pour couvrir d’opprobre ce patronyme même si aucun était natif du Val-de_Villé! Il faut bien se rendre compte que les noms des étrangers ou de condamnés circulaient dans les bistrots à une vitesse que l’on a du mal à s’imaginer et ils ne s’embarrassaient pas des notions actuelles de discriminations. Quand j’étais gosse en colonie de vacances en franche-comté, j’étais le sale boche, le chleuh, le spountz . La France de « l’intérieur » ne m’était forcément pas très attirante. Autre époque, autres mœurs .., cela ne devait pas être facile pour vos ancêtre. En reste t’il encore quelques pittoresques anecdotes? 😉

      J'aime

      • Annie Schwab
        9 avril 2016

        🙂
        Malheureusement non, le décalage générationnel rien qu’avec mon grand-père que je n’ai pas connu (80 ans d’écart…), et la disparition du reste de mes ascendants ont emporté ces histoires. Ne me reste qu’une photo de mes arrières-grands-parents Eugène SCHWAB et Joséphine BEYER au milieu d’un champ avec leurs nombreux fils. Et une mystérieuse particularité génétique, les petits doigts tordus, héritage paternel.
        Mon grand-père était mineur en Lorraine, et je découvre un Marie Joseph SCHWAB mineur également.

        Aimé par 1 personne

      • wurtzele1
        9 avril 2016

        J’ai du mal à situer cet Eugène-là et même son époque, le seul que je connais serait Flavie Eugène (1914-2002), un frère à mon grand-père.., mais je ne connais pas encore le nom de son épouse. J’ai essayé de ratisser large, mais il me manque encore la descendance de quelques fratries de mes ancêtres. Mon arbre en ligne est ici: http://gw.geneanet.org/imagak_w?lang=fr&m=S&n=schwab&p=&nz=baumgartner&pz=antoine&ocz=0 Je n’ai pas noté de particularités génétiques.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Stats du Site

  • 102,692 visites

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 5 654 autres abonnés

PageRank
M6R-68

Member of The Internet Defense League

Stop TTIP !
%d blogueurs aiment cette page :