Elsasser Wurtzle

Généalogie, histoire & chronique familiale

Zoom sur ma pratique du blogging généalogique

blog-ew1-c

Pour les personnes ayant envie de se lancer dans l’aventure d’un blog généalogique, de nombreuses questions peuvent freiner le passage à l’acte.  Vu de l’extérieur, on s’aperçoit rapidement que la communauté de généablogueurs est très active et de nombreux challenges et thèmes en commun les relient. On a le sentiment d’être confronté à milieu d’érudits auquel on n’appartient pas.  Enfin, c’est ainsi que je voyais la chose…

Impressionné par la connaissance encyclopédique des uns et des autres, c’est uniquement l’intérêt et l’intérêt seul, qui m’a fait franchir le pas.

Je vais essayer d’être naturel et plus sincère possible, en sortant, cette forme de blogging, de son joli emballage et tenter d’en dresser un portrait réaliste. Pour faire court, ce blog est principalement un outil au service de ma généalogie. S’il peut en plus être utile à d’autres, alors c’est la cerise sur le gâteau.

Pour la version longue, il faut d’abord prendre conscience que cet intérêt pour nos aïeux, n’intéresse pas grand monde.., même chez les autres généalogistes!

C’est un peu dur et cru: franchement, il faudrait qu’ils aient vraiment du temps à perdre pour lire l’histoire de mon arrière-grand-oncle, qu’ils ne connaissent pas, dont le patronyme n’apparaît pas dans leur arbre, voire qui est situé dans un bled ou aucun de leurs ancêtres n’y a mis les pieds.  En me basant sur ma propre expérience, si je lis un autre généablogueur, l’intérêt réel est souvent ailleurs. En effet, le titre contient quelque chose qui retient mon attention,  une histoire qui promet d’être originale, qui attise la curiosité;  le lieu m’est bien connu, un élément m’ interpelle, car j’ai déjà traité le sujet  etc. A cela se rajoute que le plus souvent c’est simplement l’illustration du billet qui me pousse à sa lecture.

Je pense qu’il s’agit-là de la raison principale pour laquelle, les billets les plus lus par les généalophiles, touchent des retours d’expérience;  des généralités sur la forme, le fond, les outils,  la philosophie voire l’actualité, quand il ne s’agît pas de ludiques thèmes partagés. Il faut, de temps en temps, savoir se diversifier en traitant de sujets susceptibles de toucher plus de monde.

La nécessité de créer deux blogs, s’est rapidement imposé comme une évidence. Avant cela, je pensais naïvement qu ‘exposer mon arbre sur la grande toile et échanger sur des communautés en ligne serait suffisant pour relayer mes appels et répondre à mes nombreuses questions.  Seulement voilà, les fora sont éparpillés et les mêmes questions.., dupliquées à l’infinie. Il fallait centraliser tout cela!

L’intérêt d’un blog est qu’il suffit de laisser son adresse sur les sites auxquels l’on s’inscrit pour en générer un trafic vers un lieu dont on a la totale maîtrise. Cela a également le double avantage de mettre en lumière d’éventuelles erreurs et incohérences que les internautes ne manquent pas, tôt ou tard, à nous signaler mais également, de devenir un véritable journal de bord pour les recherches et démarches déjà effectuées.

Blog privé

Mon premier blog est sans contraintes, puisque privé et accessible qu’à des personnes triées sur le volet. Je ne me soucie pas de la législation, des droits à l’image.  La quasi-totalité de mon travail, s’y retrouve avec les révélations telles qu’elles me sont parvenues. Un lieu, où je n’ai nul besoin de faire de concession et des exercices de funambule pour aseptiser les informations. Les données sur la santé, les différents problèmes juridiques, fiscaux, les affinités religieuses ou politiques, les traits de caractères y sont dépeint dans l’approche la plus juste et détaillée sans omettre le contexte précis dans lequel ils ont évolué. Un espace de liberté !

Blog public

Mon second blog, celui que vous visitez présentement, a été crée par intérêt dans l’espoir de toucher des cousins qui s’ignorent avec comme arrière-pensée glaner des informations, des copies de photos, de lettres etc. Pour recevoir, il faut savoir donner, c’est la raison pour laquelle je partage recherches et réflexions, mais également toutes les informations en ma possession quand on me les demande  par mail et j’en reçois beaucoup. Parfois, je me sens frustré de ne pas avoir de réponse et quelques-fois, quand j’en ai la possibilité, il m’arrive de faire des recherches pour ces personnes ayant des familles, amis, voisins ou employeurs en commun avec mes ancêtres. De l’appoint, car on est vite débordé à ce jeu-là. Allez savoir pourquoi, les personnes s’exprimant par mail font rarement partie de celles qui laissent des commentaires publics, des likes etc.

Objectifs et contenu

Un sujet survolé  en introduction de ce billet, mais pour lequel il me faut préciser qu’initialement, il s’agissait de présenter mes ancêtres, mes épines généalogiques, lancer des appels et d’écrire des billets sur d’autres thèmes, comme l’histoire locale. Ensuite, vient le désir de pouvoir synthétiser dans des petits articles ce que j’ai pu trouver sur un sujet donné, afin d’en avoir une meilleure vue d’ensemble.  Le billet sur le téléphone à Mulhouse en est un exemple. L’objectif étant à terme de pouvoir inclure une partie de ces données dans l’histoire familiale. Ce que l’on n’écrit pas se perd!

Depuis mon billet sur les erreurs qui se retrouvent dans les arbres postés sur Geneanet, le blog m’offre aussi l’occasion de retravailler le mien. Poster des résumés me permet de laisser une trace concrète de ce qui a été vérifié.  Si je partage volontiers mes informations, le but principal est égoïste, puisqu’il s’agit d’avancer dans mes recherches. C’est le côté magique de la généalogie: celui qui fait de la rétention d’informations avance moins rapidement que celui qui partage. Offrir en ligne une photographie que l’on gardait jalousement dans un album, peut interpeller un internaute qui dispose de renseignements inédits sur une coiffure, un élément du paysage ou sur les liens qui liaient des personnes sur la photographie. J’ai ainsi pu savoir qu’un ancêtre était en fait un ami proche du photographe. Cela m’amuse beaucoup quand je vois des personnes qui partagent des photographies tellement petites et bourrées de copyright que l’on y distingue pas grand chose.  Ainsi j’aime bien, pour l’exemple, la démarche du blog « Nos Ancêtres » qui, pour le coup, poste de nombreuses photographies!

Communication & référencement

Mettre un blog en ligne, aussi bon et beau soit-il, ne suffit pas pour créer du passage.  Pour pouvoir récolter, il faut être lu, vu. Sans le respect des procédés de référencements, d’une immersion dans la compréhension du fonctionnement du Web, on ne touche pas sa cible. human-1157116_960_720Potentiellement, il existe un nombre conséquent de personnes avec qui je partage un tronc commun. Toucher des cousins ou encore des personnes ayant le même goût pour la recherche historique géo-localisée  dans les communes où ont vécus mes ancêtres, ne relève pas d’une mince affaire. Ils peuvent être n’importe-où!  Il faut pouvoir remonter son GoogleRank, un des éléments utilisés pour le classement de nos pages en permettant ainsi d’ être correctement positionné sur les résultats des moteurs de recherches. Il est assez difficile de bien se positionner et parmi les blogs de généalogie que je lis régulièrement, seul Lulu sorcière, s’y positionne avec un niveau 4. Obtenir un tel score avec un blog de généalogie amateur reste anecdotique. Alors, bravo! La recherche de « likes » et de commentaires est également indispensable pour gagner en visibilité. Une bonne utilisation des réseaux sociaux et trouver des ambassadeurs qui utilisent les leurs, est un minimum en oubliant pas, au passage, de se référencer sur les nombreux annuaires web. Faire son possible pour tenter d’offrir des pages d’une certaine qualité, n’est pas suffisant. Il faut oser s’ouvrir à des pratiques qui ne sont pas forcément les plus nobles, puisqu’il s’agit d’apparaître un peu partout. L’ego en prend un coup, car émotionnellement c’est un peu comme devoir être obligé de faire du porte-à-porte avec  une bible à la main quand on est athée !

Qui touche t’on réellement?

Dans mon cas (que je ne pense pas trop différent des autres): la famille proche, les amis qui passent régulièrement. Eux, ne s’exposent que rarement à laisser un commentaire visible ou même « liker » un billet (jamais serait plus juste dans mon cas).  La famille très éloignée, nos lointains cousins qui, s’intéressant à des branches précises laissent des commentaires intéressants, des encouragements et partagent facilement des données. Les plus nombreux, sont toujours les internautes n’ayant aucun  intérêt pour la généalogie, qui sont tombés sur mes pages au hasard d’un mot clef lancé sur leur moteur de recherches préféré. Plus nos articles sont riches en mots-clefs efficaces (nom de village, patronyme, personnage connu), plus notre compteur de visite explose. Pour l’anecdote et c’est plutôt amusant, mes billets sur la prostitution m’amènent régulièrement des lecteurs ayant tapé sur google « où trouver des p**** à Mulhouse » (ou d’une autre ville alsacienne). Cela va sans dire, pour booster  les stats, c’est plutôt efficace!🙂

Ce qui m’amène à un autre point: statistiquement, le gros des visiteurs sont d’autres blogueurs, dont l’intérêt passe de la curiosité à l’échange de trafic. Je ne parle pas simplement des blogueurs généalogiques ou des blogonautes concernés par les sujets évoqués. En effet, si l’on veut toucher une cible que l’on ne connait pas et qui s’ignore, il est important d’oser ratisser large. Je lis maintenant régulièrement,  avec beaucoup de plaisir, des blogueurs n’ayant aucun rapport avec la généalogie, ni même avec un quelconque intérêt initial autre que l’échange de passage! De plus, avec les traducteurs automatiques, même la langue n’est plus un obstacle. J’ai le cas, de lointains cousins qui sont tombés sur mes pages au hasard d’un commentaire laissé sur une page d’un blog n’ayant aucun rapport avec les sujets que je traite.

Existe t-il des rivalités entre blogs ?

Je n’en ai pas rencontré, mais le sujet ne s’y prête pas vraiment. On peut être irrité par un positionnement philosophique ou politique qui heurte nos convictions, qui touche l’actualité ou la grande histoire.  Aucune rivalité, puisque par expérience nous savons que nos sources conditionnent nos écrits et qu’ aucun des deux ne reflète forcément la réalité historique. On analyse selon notre expérience et notre compréhension. Chacun fait de son mieux, avec ce qu’il pense comprendre, pour présenter un truc qui pourrait au final être faux.  Voire même, qui risque potentiellement d’heurter quelqu’un dans sa compréhension d’une manière inattendue, car évidemment on ne recherche pas le conflit. Ecrire c’est partager, mais aussi s’exposer. Il faut en avoir conscience et ne pas craindre la contradiction, c’est elle qui fait avancer la recherche.

Le jeu en vaut-il la chandelle?

Oui, sans hésitation! Les cousins trouvés par ce biais, les informations glanées grâce à ce blog, les amitiés virtuelles tissées avec d’autres blogueurs, les avantages sont nombreux. Je me dois de remarquer, qu’il y a plus de générosité et d’entraide, dans le monde virtuel de l’internet que les rapports humains du monde physique.  Maintenir une page web dédiée, c’est l’assurance de faire évoluer plus rapidement ses recherches en devenant un élément, parmi d’autres, d’ un bien sympathique et efficace réseau d’entraide.

Et pour vous généablogueurs, quelle vision avez-vous de votre présence sur le Web?  Se rapproche-t-elle de la mienne ou en est-elle diamétralement opposée?

 

32 commentaires sur “Zoom sur ma pratique du blogging généalogique

  1. Pierre Lagacé
    11 mars 2016

    Avant tout le plaisir de partager et, qui sait, de faire plaisir à un pur inconnu.

    Aimé par 3 people

    • wurtzele1
      11 mars 2016

      Partager est un plaisir, faire plaisir un espoir, mais l’histoire familiale par définition ne touche pas des foules. De plus, la moindre recherche demande énormément de temps. On ne peut pas être productif, si l’on le devient c’est forcément que notre généalogie n’en est plus le point central. Ma manière de pratiquer la généalogie, ne me permet aucune productivité.

      J'aime

  2. Annick H.
    11 mars 2016

    Je n’ai pas de blog, ne suis pas sur facebook ou aucun de ces reseaux sociaux, MAIS je vous lis toujours regulierement (Feedly a la rescousse!) pour les raisons suivantes: Vous travaillez dans une region ou j’ai de nombreux ancetres (la famille THORR de Zimmerbach entre autres), vous etes interessant, vous n’avez pas peur de partager et de remettre certaines choses en question et vous ajoutez des commentaires a nos commentaires (ce que j’apprecie enormement).

    Il semble que votre blog a deja porte des fruits en tant que « cousin bait », meme en Amerique du Sud. Beaucoup de vos articles generent souvent de nombreux commentaires. Etes-vous arrive a un plateau dans vos recherches qui est frustrant pour vous et votre blog ne vous apporte pas ce que vous en esperiez dans ce domaine en ce moment?

    Hope you get out of your « funk » soon et que vous allez nous regaler a nouveau avec des articles interessants. All the best!

    Aimé par 1 personne

    • wurtzele1
      12 mars 2016

      Merci pour votre commentaire. Je ne cherche pas à faire mon Caliméro, mais simplement à être réaliste. Vous allez également dans le sens de mes propos: pour lire un billet sur des inconnus, il faut un intérêt sur lequel, le rédacteur n’a pas beaucoup d’emprise. Le blog m’apporte beaucoup. Je publie quand j’ai quelque chose à dire, autrement je ne me force jamais. Je ne me mets pas la pression, je ne me disperse pas dans des challenges, puisque il est prioritairement un outil avant d’être une vitrine🙂

      J'aime

  3. pallilogienyc
    12 mars 2016

    Bien que pratiquant la généalogie, ce n’est pas ce qui m’intéresse le plus dans votre blog… je n’en suis pas à une contradiction près !

    J’aime surtout votre façon d’aborder les sujets… j’ai l’impression de partir à la découverte d’une région que je ne connais pas, ou si peu, une sorte de voyage spatio-temporel !

    Je vous lis, comme je lis un bon roman… plus exactement, comme je lirais un feuilleton…

    Quoi qu’il en soit, votre blog m’a donné l’envie de raconter les quelques choses que je connais sur ma famille, de laisser la trace de quelques documents en ma possession…

    À ce propos, je me demandais s’il fallait que j’y ajoute un arbre, mais dans l’affirmative, sous quelle forme ? Je n’ai pas encore trouvé une réponse, une formule qui me convienne… alors, je garde cette idée dans un coin de mon cerveau en attendant de trouver la solution…

    Aimé par 1 personne

    • wurtzele1
      12 mars 2016

      C’est gentil. C’est important de penser aux vôtres.., il faut laisser des traces pour que les anciens ne sombrent pas trop rapidement dans les oubliettes du temps. Depuis des siècles, on se construit à travers l’identité familiale. L’arbre n’est utile que si les explications seraient trop compliquées à saisir. Il n’y a pas de recette miracle, on en bave tous pour tenter de prêter vie à nos aïeux🙂

      Aimé par 1 personne

  4. natgd
    12 mars 2016

    Généablogueuse moi-même, je me suis beaucoup interrogée ces derniers jours suite à « l’usage » blessant que certains ont fait d’une information familiale. Continuer à partager ? Ou arrêter de publier ?
    Votre article vient de me donner la réponse et je vous en remercie🙂
    Je continuerai à publier, pour moi parce que je souhaite laisser une trace de mes recherches, et parce que le partage est essentiel comme vous l’expliquez si bien. Mais plutôt que de créer un blog privé, certains billets seront en accès restreints et réservés à ma famille…

    Aimé par 2 people

    • wurtzele1
      12 mars 2016

      Oui,je connais votre blog. Merci pour votre commentaire. C’est toujours très délicat quand une de nos données est instrumentalisée. Pour ma part, j’ai l’exemple d’une information réfutée par une famille concernée par un de mes billets, je l’ai corrigé pour apporter des nuances laissant apparaître les deux points de vue. Je ne retire rien au texte initial, j’ajoute (pas dans le souci d’apaiser des tensions, mais dans celui d’apporter de nouveaux éléments). Si quelque chose s’avère faux, j’essaye toujours de garder le texte dans l’état et apporter des explications supplémentaires qui le contredit. Ce qui est important, c’est de rester bienveillant même envers les ancêtres qui a priori ne le méritaient pas. On ne sait pas tout.., on ne fait que récolter des données et les analyser. Il ne faut pas avoir peur de s’investir à fond, c’est le seul moyen pour générer des débats. Il faut savoir danser sur le fil et ne pas avoir peur de la chute. Un texte trop aseptisé où l’on tente de ménager la chèvre et le choux,ne générera jamais des commentaires intéressants. On ne peut pas longtemps en vouloir à une personne que l’on perçoit ou que l’on sait sincère.

      Aimé par 1 personne

  5. histoiredefamille
    12 mars 2016

    Je vous lis régulièrement. J’aime vos articles qui racontent des morceaux de vies. J’ai créé mon blog dans plusieurs buts. Celui de partager et d’apporter une aide aux personnes qui font le même type de recherches que moi. Mon blog m’a permis de créer des liens particuliers et de faire connaissance avec des personnes que je n’aurais jamais rencontrées.

    Aimé par 2 people

    • wurtzele1
      12 mars 2016

      Merci:) Pareil, j’ai pu tisser des liens avec des personnes de plusieurs pays européens et même outre-atlantique. Mes exemples restent statistiques. Chaque blogueurs à ses objectifs. Le votre est bien noble. Certains parlent beaucoup de tout ce qui tourne autour de généalogie et très peu de leurs ancêtres, d’autres font l’inverse. Certains créent un blog dans le but de pouvoir être utile, ce n’est pas mon cas, même si cela me fait plaisir d’avoir pu apporter une aide ou une compréhension à un moment ou à un autre. Toutes les raisons pour créer un blog, sont légitimes et le minimum que l’on doit à nos lecteurs est la sincérité. Je ne tiens pas à passer pour ce que je ne suis pas.

      Aimé par 1 personne

  6. venarbol
    12 mars 2016

    Je retrouve beaucoup de mon expérience de « blogueuse en généalogie » dans votre article : la famille proche qui ne « like » pas ni ne commente, les articles techniques beaucoup plus lus, alors qu’ils ont parfois demandé beaucoup moins de travail de recherche… Je publie également pour partager et trouver de nouveaux « cousins », et ça a déjà fontionné !

    Aimé par 2 people

    • wurtzele1
      12 mars 2016

      Oui, vous avez entièrement raison. Parfois il y a des billets dont l’écriture prend 20 minutes qui sont surlikés alors qu’un billet qui regroupe et synthétise des années de recherches ne reçoit qu’un accueil modéré. C’est tout à fait normal. Finalement, parler de ce qui nous intéresse réellement, sans que le blogging devienne une contrainte, reste primordial. Il faut entretenir notre plaisir et la curiosité qui nous anime..,nous ne sommes pas à l’usine! 🙂

      J'aime

  7. malyloup
    12 mars 2016

    Intéressant, cette profession de foi🙂
    Un de mes cousins s’occupe de notre arbre familial et je me dis que le hasard peut me permettre de lire ici qq chose que l’on pourra relier à notre famille🙂
    Mais avant tout, j’adore qu’on me raconte le passé car ça me donne de l’allant pour l’avenir! Donc merci pour toute la richesse de ce blog🙂

    Aimé par 3 people

    • wurtzele1
      12 mars 2016

      Voilà, moi qui pensait démystifier l’exercice, trouve mon expérience reléguée au statut de simple croyance.., d’une foi vulgaire! Pour peu, je me vexerais 😀

      Athéegristement vôtre😉

      Aimé par 1 personne

  8. mademoiselletitam
    12 mars 2016

    Ce genre de billet me donne tellement envie de m’y mettre! Ma base de données est énorme, j’ai pas mal de documents annexes, et je suis passionnée d’histoire… Il ne me manque que le temps… Combien de temps cela vous prend-il pour rédiger un billet?

    Aimé par 1 personne

    • wurtzele1
      12 mars 2016

      Trop! Le problème des données généalogiques est qu’il faille comprendre les interactions, le contexte historique , les croiser avec d’autres. Honnêtement, beaucoup de temps pour présenter un truc qui ne se résume pas simplement à l’énumération d’une suite de dates. La plupart des billets techniques sont plus simples à rédiger et génèrent bien plus de passage. Malgré cela, je ne peux que vous conseiller de vous lancer à exploiter vos données.., c’est tellement intéressant!

      D’autant que cela fait un moment que je vous lis, vous n’aurez aucun problème à vous lancer dans ce nouveau défi avec un franc succès à la clef!😉

      Aimé par 1 personne

      • mademoiselletitam
        12 mars 2016

        Je vais laisser mûrir l’idée🙂. Entre un aïeul curé, des jockeys fameux, des gens qui au 17ème siècle ont fait des centaines de kilomètres, et d’autres qui ont fait des unes de faits-divers, je devrais pouvoir raconter des choses intéressantes🙂

        Aimé par 1 personne

  9. wurtzele1
    12 mars 2016

    Je n’en doute pas! Ça promet d’être intéressant😉 Par expérience, les faits-divers sont un excellent créneau, les histoires y gagnent à être croustillantes🙂

    Aimé par 1 personne

  10. le blabla de l'espace
    12 mars 2016

    je suis malade en ce moment et j’ai du arrêter de tenir mon blog, et visiter aussi les blogs pour lesquels je suis abonnée
    je suis sur geneanet, donc forcemment j’aime bien parcourir votre blog et d’autres puisque nous avons la meme passion
    c est vrai il faut etre réaliste, et meme dans la famille desfois on interesse pas nos proches ,
    bref je serai un peu plus présente, en esperant aussi que vous viendrez sur mes articles, cela fait toujours plaisir,
    sinon, mon blog est divers mais jai le projet de faire un blog privé sur ma genealogie, mais j’ai du mal a le concevoir, je sais pas trop le mettre en place, je sais pas m’organiser niveau theme,
    voilà

    je vous souhaite une bonne continuation, votre espace est tres bien, et je vois que vous avez pas mal de commentaires donc hip hip hourra !!!!!!

    Aimé par 1 personne

    • wurtzele1
      13 mars 2016

      Je vous souhaite un bon rétablissement🙂 C’est toujours difficile de concevoir un espace dédié à la généalogie. Chaque personne a sa vision de ce qu’il représente, mais c’est une activité chronophage. J’ai en ce moment 80 billets en attente de compléments d’information ou de vérification, qui dorment pour certains depuis très longtemps. Prenez votre temps, attendez d’avoir assez de matière pour organiser un roulement. Comme je suis un grand curieux, je passerai pour voir la tête du bébé🙂

      J'aime

  11. lessen-ciel.com
    12 mars 2016

    Je découvre votre blog passionnant et j’ai encore beaucoup à fureter dans les arbres. Mon beau frère est généalogiste et passionné comme vous. Je sens sous cette passion un(e) historien(ne) qui pointe son nez! Pour ma part, le passé est synonyme d’ancrage et on en a bien besoin à l’heure actuelle. Bonne soirée

    Aimé par 1 personne

    • wurtzele1
      13 mars 2016

      Merci de votre commentaire. Souvent le passé éclaire le présent et cela est particulièrement vrai pour l’économie, la politique et les mouvements sociaux. C’est une grande leçon d’humilité, nous sommes petits et les traces que nous laissons sont le plus souvent, celles que nous préférerions dissimuler🙂 !

      Aimé par 1 personne

  12. Pauline
    13 mars 2016

    Preuve est faite (s’il restait le moindre doute à ce sujet) que les articles les plus « généraux » sont ceux qui font le plus réagir😉
    De mon côté, c’est parce que j’aime écrire que j’ai créé mon blog. Ecrire pour écrire des textes qui resteraient entièrement confidentiels, ce n’est pas très motivant. Ecrire en considération d’un lecteur potentiel, en revanche… Partager une anecdote, une émotion… avec quelqu’un, et, récompense suprême, parvenir à l’embarquer, à l’intéresser à une histoire qui ne le concerne absolument pas, voilà ce qui me plaît.
    Pas de blog privé de mon côté, et pas de présence sur les réseaux sociaux (pas énormément de commentaires non plus^^).
    Niveau lecture, si un texte paru dans un blog que je découvre m’a plu, je suis du genre à lire plusieurs articles. Je me laisse facilement embarquer dans des histoires qui n’ont rien à voir avec ma généalogie.
    Ecrire des articles sur des aspects plus « techniques » susceptibles d’intéresser un plus grand nombre de personnes ? Ce n’est pas ma tasse de thé. Je le ferai peut-être, si j’ai quelque chose à dire, et que j’arrive à l’écrire « à ma sauce ». Mais ce que j’aime, c’est raconter des histoires.
    Commentaire un peu « dans le désordre », mais je « clique » quand même😉

    Aimé par 1 personne

  13. wurtzele1
    14 mars 2016

    Ahhh l’amour de l’écriture! Voilà, une truc qui m »est passé sous le nez🙂
    Rien est ordonné dans ma tête, je saute du coq à l’âne. Désolé…

    Si je pouvais aimer écrire, ce serait un peu plus facile. A chaque fois, je me fais violence. Par contre, depuis toujours j’aimer dévorer des textes. J’ai toujours un truc à lire à porté de main. Merci d’avoir joué le jeu et d’avoir partagé vos motivations.

    Aimé par 1 personne

    • Pauline
      14 mars 2016

      De rien ! Et pour quelqu’un qui passe du coq à l’âne (ce que je ne suis pas du genre à reprocher, l’écrit me permet de m’organiser – enfin, en principe – mais c’est une autre paire de manches à l’oral), vos textes se lisent très bien😉

      Aimé par 1 personne

  14. Jessica
    14 mars 2016

    Merci pour ces conseils! Dur dur boulot en tout cas. Sinon, selon mes expériences, la qualité du contenu de son site est également très importante.

    Aimé par 2 people

  15. André
    18 mars 2016

    Nous avons tous une approche un tant soit peu différente, mais notre expérience se recoupe.

    Il y a deux ans, j’avais atteint un point où faire de la généalogie sur Généanet commençait à me paraître un peu vide de sens. J’avais le sentiment de stagner, de ne faire que remplir des formulaires en ligne. Je me lassais même de découvrir de nouveaux ancêtres (à l’époque, j’en avais noté des dizaines qui sont encore à incorporer à ma base). Alors, quel sens donner à mes recherches ?

    J’avais envie d’élargir mes champs de recherche, de raconter mes trouvailles à d’autres généalogistes, mais de ce point de vue, je trouvais que les forums ne n’apportaient pas grand chose. Et puis ce qui était frustrant, c’est que j’oubliais au fur et à mesure l’essentiel de mes découvertes. Ce fut la motivation première pour mon blog : me constituer une synthèse qui puisse être conservée et partagée, voir en prime être utile à d’autres (la cerise sur le gâteau).

    En me lançant dans la création d’un blog, j’ai réalisé que ce processus élevait mes travaux généalogiques à tout autre niveau. Lorsqu’on étudie un sujet avec pour fin de publier un article, on va plus loin, on en apprend infiniment plus soi-même.

    Mieux, ce blog m’a donné à connaître des gens qui s’intéressaient au mêmes sujets, et que je n’aurais jamais connu autrement. Nous avons décidé d’étudier ensemble l’histoire d’une paroisse que nous avions à coeur. Et là, cette expérience est devenue encore plus passionnante.

    Par ailleurs, la quantité de documents que j’ai reçu par l’intermédiaire de ce blog dépasse de loin toutes mes espérances : des milliers de pages d’archives, des photos, des livres… Je n’en suis qu’au début.

    Alors effectivement, ça n’intéresse que quelques personnes, des passionnées comme nous, mais ça n’est pas plus mal. Je suis régulièrement en contact avec eux et j’en retire une véritable satisfaction.

    Entretemps, l’histoire de cette paroisse est devenue d’une certaine façon la mienne. Mon intérêt généalogique s’est écarté de mes ascendants directs pour s’attacher à ceux de cette commune et de sa région. Qu’ils soient reliés ou non a mon arbre n’a aucune importance, ils sont reliés par le sens.

    Ce qui compte avant tout, je pense, c’est d’aimer ce que l’on fait et d’y trouver une véritable signification. Dès lors, ça vaut définitivement le coup. Personnellement, je ne m’en lasse pas.

    Aimé par 2 people

    • wurtzele1
      18 mars 2016

      Oui, une véritable signification! Merci pour ce long commentaire dans lequel beaucoup se reconnaîtront. J’ai également le sentiment que la généalogie participe à faire mûrir notre compréhension dans de nombreux domaines et permet de donner un sens au présent. L’histoire, la sociologie, la politique, l’économie deviennent largement accessibles grâce à l’intérêt porté à nos aïeux. Tout se tient dans une vision cohérente et non plus comme des informations isolées que l’on peine à relier comme c’était mon cas avant de m’essayer à cette discipline.

      J'aime

  16. jmg013
    18 mars 2016

    Compliments sur cet article qui fait le tour du problème !

    Aimé par 2 people

  17. voulaah
    15 septembre 2016

    super ton post
    merci pour le partage
    rien de tel que le partage de blog à blog pour faire marcher le blogging
    passe une très bonne fin de journée
    bisous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Stats du Site

  • 102,694 visites

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 5 654 autres abonnés

PageRank
M6R-68

Member of The Internet Defense League

Stop TTIP !
%d blogueurs aiment cette page :