Elsasser Wurtzle

Généalogie, histoire & chronique familiale

1793 : Création de l’État-civil : déni de l’identité des Peuples autochtones

Alsaciae, Elsaß, Alsace.

Johann Peter LANG naît le 28 janvier 1780 à Schopperten dans le bailliage de Nassau-Weilburg faisant partie du Saint-Empire germanique. L’Aigle Impérial figure sur le blason de Schopperten. Les langues maternelles des habitants sont le francique langue de tous les jours que parlait déjà Charlemagne ainsi que le Hochdeutsch, l’allemand littéraire, langue de l’administration et des Églises. Luthérien, Johann Peter a appris à lire et écrire l’allemand littéraire en plus du catéchisme à l’École du dimanche. Contrairement à ce qui se passe en France, la plupart des habitants du baillage savent lire et écrire.

Johann Peter était paysan comme son père Johann Georg et son grand-père. Ils vivaient paisiblement, ils vont se retrouver dans la tourmente révolutionnaire. La France a besoin de chair à canons et va incorporer de force dans ses armées, des centaines de milliers de personnes.

schopp.PNG

1793
Annexion de l’Alsace-Bossue par la France

Comme la France n’a…

View original post 631 mots de plus

Publicités

À propos de wurtzele1

Généalogiste amateur intéressé par l'histoire de l’Alsace et des alsaciens , qui par le biais de son blog, cherche à interpeller des cousins qui s'ignorent :-)

8 commentaires sur “1793 : Création de l’État-civil : déni de l’identité des Peuples autochtones

  1. malyloup
    11 novembre 2017

    merci d’avoir relayé ce billet que je vais finir de lire avec intérêt car ce qui touche à *l’identité* est constamment d’actualité…..et ces ‘histoires’ m’aident à ‘entrevoir’ ce qui peut mener…..le monde

    Aimé par 1 personne

  2. wurtzele1
    11 novembre 2017

    Les problèmes qui touchent à l’identité sont complexes à traiter. Ce qu’il faut retenir c’est qu’à chaque changement de tutelle de l’Alsace, c’est le camp gagnant qui revisite l’histoire. C’est valable pour la religion également. Le peuple lui, s’identifie réellement par le truchement des frontières linguistiques et religieuses qui n’ont aucun rapport avec les frontières récentes. S’identifier à un pays dans le sens moderne du terme quand l’Alsacien reste une langue plus ancienne que le français ou l’allemand n’a pas forcément la même pertinence que pour un parisien. Actuellement, ce n’est plus le cas, les dialectisants sont minoritaires et les gosses ont un fort sentiment français. C’est vrai que l’Alsace est historiquement de langue et de culture celto-germanique.

    Aimé par 3 people

    • malyloup
      11 novembre 2017

      je souris car je ne suis pas parisienne et en tant que champenoise, j’appartiens à présent à la même région que toi…..mais je ne sais pas si mes petits enfants auront un sentiment d’appartenance puisqu’ils vivent et sont nés dans le 04…..ils sont pour autant issus d’un arbre généalogique franco-italien alors c’est pourquoi les recherches identitaires quelles qu’elles soient m’intéressent 🙂
      j’ai laissé un p’tit mot dans ce sens sur le blog dont tu as relayé le billet 🙂

      Aimé par 2 people

      • wurtzele1
        11 novembre 2017

        Je n’ai pas dit parisienne pour vous, mais pour souligner les différences évidentes. Pour moi, le Grand Est ‘est un découpage administratif absurde qui ne vise pour l’État d’avoir juste moins d’interlocuteurs dans des jeux d’intérêts très grossiers. Tous les arbres généalogiques sont constitués d’ individus nés dans plusieurs pays. Je n’ai pas pu lire votre commentaire laissé sur le site d’origine .. il n’y apparait pas encore.

        Aimé par 1 personne

      • malyloup
        11 novembre 2017

        oui il y a une modération sur le site d’origine mais ce que j’y dis n’est pas d’une importance ‘capitale’ 🙂
        concernant le grand est, il me semble qu’il y a aussi la ‘volonté’ que les plus riches ‘aident’ les plus pauvres…..et alors là……dans le même ordre d’idée, je pense également aux flamands et aux wallons…..comme aux allemands de l’est et de l’ouest……

        Aimé par 1 personne

  3. wurtzele1
    12 novembre 2017

    Bonjour, je ne vais pas vous rejoindre sur ce terrain, la pauvreté est en augmentation constante et le recul des acquis sociaux depuis sa mise en place plaide pour le contraire.

    Par avance, je vous prie de m’excuser, je vais en profiter pour recentrer mes priorités.

    En postant le billet de l’autre blog qui, il faut le souligner est idéologiquement et politiquement aux antipodes du mien, j’espérais partir d’un constat commun (celui de dégermanisation) à un éclairage différent. C’est un site que j’aime beaucoup car il est porteur d’une vision est d’une partie de la mémoire alsacienne. Je garde à l’esprit que les Alsaciens ont massivement adhéré à la révolution et botté les fesses aux aristocrates non révolutionnaires ainsi qu’aux curés. Le dialecte dans un premier temps n’a pas été un problème dans de nombreux villages où l’on peut constater que l’emploi de « l’allemand » dans l’état-civil persiste parfois même après les trahisons d’une infime, mais très influente partie. On peut expliquer tout et son contraire, mais les pauvres archives actuelles n’encensent que le camp des libéraux et des religieux.

    Erckmann-Chatrian ont su dans leurs romans retranscrire l’immense complexité de la situation dans un exercice qui mettait à contribution la mémoire de notre peuple.

    Aimé par 1 personne

  4. Agatheb2k
    18 novembre 2017

    « Je garde à l’esprit que les Alsaciens ont massivement adhéré à la révolution et botté les fesses aux aristocrates non révolutionnaires ainsi qu’aux curés. »
    J’ai retrouvé cela en Lorraine au début du XViiième siècle dans « Le soleil sous la soie » où le héros, chirurgien ambulant, contraint à l’exil sur les champs de bataille des steppes de la Hongrie profonde où l’on empêchait les Ottomans d’envahir l’Occident. De retour à Nancy il s’est trouvé, alors que tout avait changé en son absence, au coeur des intrigues, coincé avec sa fidélité au duc de Lorraine, entre les manigances de Versailles et celles du Saint-Empire…

    Aimé par 1 personne

  5. wurtzele1
    18 novembre 2017

    Oui, le passé est riche en rebondissements.., c’est également valable pour les autres départements et ce n’est jamais aussi simple pour le bas peuple que cela l’est dans les livres d’histoire.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 11 novembre 2017 par dans Actualités, Bas-Rhin, généalogie, Histoire, et est taguée , , , , .

Catégories

Prochain billet

Jean Baptiste COURTOT 1771-184724 novembre 2017
4 jours restant(s)

Member of The Internet Defense League

%d blogueurs aiment cette page :