Elsasser Wurtzle

Généalogie, histoire & chronique familiale

Les MOSUNG de Strasbourg

CathedraleStras

J’ai pu prendre initialement connaissance de cette famille strasbourgeoise, grâce au travail de Nicolas GHERSI alias Kleio (bien connu de la généasphère pour sa base de données de bourreaux, d’écorcheurs, etc.).  Par la suite, je me suis aperçu qu’elle a fait l’objet d’une présentation dans le tome 3 de  l’Oberbadisches Geschlechterbuch par Julius Kindler von Knobloch¹ que je découvre grâce à son édition de 1919.  D’autres sources que vous trouverez en bas de page me permettent d’étoffer l’histoire familiale avec un engagement moins chronophage que celui qui résulterait d’un déplacement aux archives départementales du Bas-Rhin.

J’arrive à la découverte de ce nom chargé d’histoire par plusieurs branches en remontant celle de mon arrière-grand-mère Félicité KELLER (1867-1953), mais j’y arrive également en remontant celle de  Barbe FREYMUTH (1874-1957) qui se trouve être aussi mon arrière grand-mère.  Pour la plus longue, je suis un descendant à la 16e génération de la première personne à porter ce patronyme.

Juliana MOSUNG ca 1536-ca 1574  [sosa 13 599]. Les dates naissance et décès ne sont pas connus, une fourchette approximative les remplace. Elle épouse à une date tout aussi indéterminée Hans Jochem DEDINGER, né en 1530.  Il est le petit fils du Stettmeister d’Offenburg et fermier pour l’abbaye de Hugshoffen située près du village de Saint-Martin. Sa fille Magdalena épouse le Forgeron Rudolphi RINGEISEN de Dambach-la-Ville.

|

Jacob Mosung cc.1494-cc.1538  [sosa 27 198] Totale approximation pour la date de naissance et de décès, mais il est probablement mort à Dambach. Ce qui est certain néanmoins, c’est qu’il est un noble. Il est cité à plusieurs reprises comme écuyer. Il épouse, Appolonia la fille d’Adam Schnider de Bernardvillé. Outre Juliana qui a une soeur aînée prénommée Regina, on lui connaît cinq fils: Heinrich, Wilhelm, Georg, Ruprecht et Jacob.

|

Heinrich MOSUNG cc.1455-cc.1516 [sosa 54396]. Il est bourgeois de Strasbourg puis de Dambach où il est cité en 1480.  On ignore le nom de son épouse, mais il est mentionné comme   proche parent d’Ursel Gerbott, épouse d’Heinrich von Achenheim². Il possède des rentes à Renchen et Sasbach. Il se lie avec la prestigieuse corporation du Miroir qui regroupe aussi bien les fabricants d’aiguilles, des apothicaires et les banquiers. Il est mort entre 1515 et 1517.

|

Claus Mosung  cc.1415-1478 [sosa 108 792]. Il est mentionné échevin de Strasbourg en 1459, conseiller noble (Constofeler) à Strasbourg en 1465 et meurt en 1478. Il a épousé Margareth Leimer. Parmi ses enfants, il y a Claus, Heinrich et Jacob.

|

Claus Mosung  cc.1370-cc.1435 [sosa 217 584] Son épouse se prénomme Hielka, et ce couple a laissé bien moins de traces que les autres.

|

Hans MOSUNG 1330-1390 [sosa 435 168]. Il est adolescent quand le roi germanique et futur empereur Charles IV est reçu avec faste devant le portail du bras sud du transept de la Cathédrale.  Il a épousé  en premières noces Anna KNOBLOCH. Hans est cité à Strasbourg comme membre du Conseil en 1352 l’année où l’on installe la première horloge astronomique dans la Cathédrale. Pour cette même fonction, il est encore mentionné en 1354, 1359, 1372. Il est aussi dit Stettmeister en 1356, 1359 et 1362.  Il loue une maison à Kehl en 1351. Il s’unit à Sophia LUMBHARDT. En tout, Hans aura 7 enfants.

|

Paulus MOSUNG /1284-1349 [sosa 870 336], En janvier 1301, il épouse Agnes dont le patronyme n’est pas précisé qui lui donne un fils, Hans. En 1307, il vend tous ses biens sis à Vendenheim. Elle décède probablement des suites de complications à l’accouchement de son deuxième enfant, Anna,  en 1320. C’est un marchand drapier d’envergure. Il possédait une part des péages sur le Rhin à Zu-den-Heinden et Hundsfeld. Sa seconde femme est Adelheit ERLIN lui donne 6 enfants. Le 25 novembre 1346, l’empereur lui cède ses propriétés, de ce que l’on appelle de nos jours l’ancien château de Plobsheim. Il en devient le seigneur ( la Chapelle Notre Dame du Chêne de ce lieu à un vitrail de facture récente contenant les armoiries des Mosung). Il meurt le 5 mars 1349 à la commanderie de Saint-Jean « im Kreuzgang ».

|

Rüelin MOSUNG cc.1271-1309 [ sosa ] Il épouse Beatrix qui a part active dans ses affaires. Il décède le 25 janvier 1309.  Je lui ai trouvé trois enfants dont Hans qui meurt le 13 novembre 1312 et Agnes qui est l’épouse d’ Ulrich BRANT. 

|

Je suis un descendant à la 23e génération de cet ancêtre mort il y a 708 ans.

Que dire de plus? Ce Rüelin est passé en peu de temps de la bourgeoisie de Strasbourg à la riche noblesse terrienne. Il a été membre  de la corporation strasbourgeoise des épiciers. C’est un milieu élitiste qui a un pouvoir politique certain. C’est un homme influent qui a son blason, ses sceaux et qui jouit naturellement de certains passe-droit.  Bref, Rüelin est une figure assez importante pour laisser une trace concrète à une époque où la construction de la Cathédrale est à l’actualité. C’est un contemporain de Maître Erwin de Steinbach à qui l’on doit  la façade gothique et la rosace au-dessus du portail d’entrée!  Quelles sont les probabilités qu’ils aient pu se rencontrer?

Voyons voir cela de plus près…

À son décès, sa veuve éplorée officialise une prébende sur l’autel Saint-Jean-Baptiste de la  cathédrale. Ce n’est là, pas le seul lien avec la Cathédrale, puisque son fils Paulus y fera bâtir en 1331 un autel, celui de Saint-Pierre et Paul dans le collatéral méridional et le fait bénir le 4 mars de la même année³. Un ouvrage pour lequel il a fallu retirer une colonnette du XIIIe siècle4. Un autel qui sera finalement lui aussi supprimé au moment de la Réforme. Hans, son frère a également son autel en ce lieu, juste à côté de celui de Paulus.

Il faut citer également Diebolt Mosung, maître maçon et architecte à Strasbourg, qui élève en 1454 dans le quartier du Finkwiller bordant l’Ill, une nouvelle tour sur l’église de Saint-Nicolas, après en avoir préalablement démoli le choeur.

J’aime à penser qu’à l’époque où vécut ce Rüelin,  ces hommes puissants dans une ville comme Strasbourg se connaissaient au moins de nom.  Avec tous ces points de convergences, il m’apparaît maintenant possible qu’ils se soient au moins croisés.

Un autre Paul Mosung excellent  candidat à figurer dans la liste des descendants de Rüelin mérite ici toute mon attention.  C’est un contemporain de Rulman Merschwin et de sa commanderie de Saint-Jean (où est décédé Paul /1284-1349, fils de Rüelin et époux d’Agnes). Ce second Paulus y sera nommé administrateur5 onze ans après le décès de son fondateur en 1393, mais aussi en 1394.  Une part d’histoire qui flirte pour certains avec les origines alsaciennes du mythe de la Rose-Croix. Une matière peu ordinaire pour dresser une carte mentale de cette époque.

Il me reste encore à identifier le degré de parenté, mais quel que soit le résultat, toutes ces personnes nous gratifient déjà d’une belle fenêtre sur le passé!

MosungClausColorWappen

Mosung 


!

Avertissements: En raison d’ affirmations contradictoires concernant cette famille sur les arbres hébergés sur geneanet, j’ai décidé de poster le billet dans l’état. Cela permet d’espérer une discussion publique. En effet, cette courte présentation réalisée hâtivement pendant la compilation de mes recherches, peut encore comporter des erreurs dans le texte comme dans la généalogie.., si vous en trouvez, merci de me les signaler.  

__________________

  1. Julius Kindler von Knobloch était un chambellan, un lieutenant-colonel prussien, il était membre de la Commission historique de Baden mais aussi, généalogiste. Son travail principal est l’ouvrage précité.
  2. BCGA N°98, page106
  3. Essais historiques et topographiques sur l’église cathédrale de Strasbourg.  Philippe-André Grandidier. Lerrault, imprimerie.-1782.
  4. Société des Amis de la Cathédrale de Strasbourg.
  5. L’historique de l’Ordre de Malte

Publicités

À propos de wurtzele1

Généalogiste amateur intéressé par l'histoire de l’Alsace et des alsaciens , qui par le biais de son blog, cherche à interpeller des cousins qui s'ignorent :-)

2 commentaires sur “Les MOSUNG de Strasbourg

  1. Pingback: Sebastian Brant (1457-1521) | Elsasser Wurtzle

  2. Pingback: Au bal de la peste dansante | Elsasser Wurtzle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Member of The Internet Defense League

%d blogueurs aiment cette page :