Elsasser Wurtzle

Généalogie, histoire & chronique familiale

Le bal de la peste dansante

totrntanz

Lors de précédents billets, je vous ai parlé de Sebastian Brant (1457-1521), de Jacob Mosung (le papa de Juliana avec laquelle je découvre cette branche).  Ils sont les contemporains d’une forme d’épidémie des plus étranges que la médecine ait pu étudier. Derrière ce titre qui me fait songer à celui d’un poète maudit du XIXe siècle, la mort prend un visage surprenant dont la ou les causes, qui même avec le recul que nous offrent nos actuelles connaissances médicales, restent au stade d’hypothèses en excluant, par avance,   la piste des effets connus de  l’ergot de seigle.

Une maladie des plus insolites que l’on aurait tort d’ignorer dans nos reconstitutions historiques d’ancêtres ayant vécu dans  les différents lieux  où cela s’est produit. Une actualité qui a profondément et durablement marqué les esprits. Les écrits de Sebastien Brant et de Paracelse (1493-1541) et de nombreuses chroniques permettent de retracer, mais pas de comprendre ce qui s’est réellement passé en Alsace.

Pour faire court, tout a commencé à Strasbourg probablement le 14 juillet 1518. Une femme mariée, frau Troffea, s’est mise à danser dans la rue sans plus s’arrêter de jour comme de nuit jusqu’à tomber d’épuisement et dès le réveil elle recommence sans qu’aucune musique ne se fasse entendre. Dès le lendemain, c’est plusieurs dizaines de personnes qui se mirent à se trémousser le regard vide,  le visage tourné vers le ciel, manifestement en état de transe. En une semaine ils étaient presque une centaine. Les autorités sont dépassées et craignent que cela ne s’arrête pas. Ils ne veulent pas y voir l’oeuvre du malin et s’accordent sur une cause naturelle que les médecins diagnostiquent comme  la résultante d’un sang trop chaud. La municipalité  qui avait convoqué ces derniers réagit en mettant en application leurs conseils. Ils ont décidé collégialement que la meilleure solution à ce problème reste de monter une grande estrade sur la place du marché aux grains et d’embaucher des musiciens pour que la crise passe plus vite. Combattre le feu par le feu en somme! Dans les faits les pieds de la plupart des danseurs sont en sang et les morts s’additionnent. Les victimes meurent de déshydratation, d’épuisement, d’ AVC, de crise cardiaque.

Vitus_CXXVr

Sankt Vitus

Les autorités, devant l’échec de la thérapie, interdisent les orchestres et les estrades sont démontées dès la fin du mois de juillet. On change alors complètement de stratégie en envoyant, par convois entiers, les malades à un sanctuaire situé au Veitberg dans la forêt du Griffon près de Saverne. Il faut toute une journée pour parcourir cette distance.  Il s’agit d’un lieu de pèlerinage dans une grotte où une chapelle a été érigée.  Ils doivent assister à une cérémonie religieuse en l’honneur de saint Guy (Sankt Veit ou Vitus).

Début septembre outre les familles endeuillées et toutes les personnes que l’épisode aura traumatisées, c’est l’heure du bilan final et l’on y dénombre au moins 400 personnes qui ont été affectées par ce mal. L’épidémie s’est arrêtée aussi mystérieusement qu’elle avait commencé. L’on se demande encore comment Troffea a pu contaminer tous ces braves gens!

Ce n’est pas là, la première expression de cette hystérie collective,  il en existe dix de recensées avant 1518, dont une en 1374 en Allemagne. Il existe des cas en Belgique, au Luxembourg, etc. Cependant, l’année où Frau Troffea contamina Strasbourg est également la dernière ou cette maladie fit des ravages aussi spectaculaires. Le fait que l’on en parle encore tient à la richesse de la documentation existante. Par la suite, il y eut quelques cas isolés, par exemple à Bâle en 1530 ou à nouveau une femme a dansé pendant tout un mois au point d’avoir la peau qui se détachait des pieds jusqu’à laisser apparaître les tendons et les os.

 

Sources et resources:

*Wikipedia FR, DE & Wikimedia Commons
*Les danseurs fous de Strasbourg par John Waller aux eds la Nuée Bleue
*LeMonde.fr

Publicités

À propos de wurtzele1

Généalogiste amateur intéressé par l'histoire de l’Alsace et des alsaciens , qui par le biais de son blog, cherche à interpeller des cousins qui s'ignorent :-)

8 commentaires sur “Le bal de la peste dansante

  1. juliette
    9 janvier 2018

    je viens de lire ça :
    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/07/28/lorsqu-en-1518-les-strasbourgeois-se-mirent-a-danser-jour-et-nuit_4463566_1650684.html

    un Mr John Waller donne cette explication plausible :
    Les phénomènes de transe, écrit-il, sont plus susceptibles de survenir chez des individus vulnérables sur le plan psychologique, et qui croient aux châtiments divins. Or, ces deux conditions étaient réunies à Strasbourg. La ville avait été frappée par une succession inhabituelle d’épidémies et de famines ; et ses habitants croyaient à saint Guy, capable autant d’infliger que de guérir des maladies, par la danse notamment.

    je connaissais la danse de saint Guy mais pas son origine mais j’avais déjà lu qu’en Italie il y avait eu le Tarentisme ( morsure d’une araignée ? ) d’où la Tarentelle pour le soigner …

    mais ne pouvaient ils pas ligoter ces danseurs acharnés dans un lit plutôt que de les laisser se mutiler ?

    merci de m’avoir cultivée 😀 et pour cette belle Danse Macabre de Saint- Saëns

    Aimé par 2 people

    • wurtzele1
      9 janvier 2018

      John Waller est l’auteur de l’ouvrage « Les danseurs fous de Strasbourg ». Il y défend effectivement cette thèse. Ce qui me dérange dans cette présentation, c’est la propagation virale. Autrement, je pensais avoir une culture Rock solide et finalement, j’en apprend également beaucoup sur ton blog. 🙂 Merci à toi!

      Aimé par 1 personne

  2. L'Ornitho
    9 janvier 2018

    Du point de vue anthropologique, on peut en revenir aux transes oui, comme suggéré dans le précédent commentaire.

    Aimé par 1 personne

    • wurtzele1
      9 janvier 2018

      Le sentiment religieux a distillé ce poison mental, qui s’explique logiquement, puisque la transe par danse est un élément que l’on trouve dans différentes religions et dans différents cultes païens. Par exemple on peut garder à l’esprit les derviches tourneurs de Turquie qui s’usent les babouches à tourner en rond en cherchant Dieu. Eux cependant arrivent à quitter cet état alors que les témoignages de ces danseurs fous de Strasbourg relatent que certains d’entre eux appelaient à l’aide pour que l’on les aide à s’arrêter ! L’abus de croyances s’est avéré ici nocif pour la santé. Franchement la seule explication rationnelle est que ces rave party de la renaissance devaient être généreusement agrémentés de space cake!

      Aimé par 1 personne

      • L'Ornitho
        9 janvier 2018

        🙂

        Nous avions un cours passionnant lors de mes études de mise en scène (ce avec nos collègues de la section cinéma) : « Anthropologie de la représentation », ou ce genre de questions et/ou phénomènes étaient abordés. Tout comme « iconographie du réel » – des sujets vraiment intéressants et pleins de surprises !

        Aimé par 1 personne

  3. mascarenhas974
    10 janvier 2018

    Espérons qu’il ne s’agisse pas d’un phénomène qui se produit tous les 500 ans ! On défile à Strasbourg le 14 Juillet ? 😉

    Aimé par 1 personne

    • wurtzele1
      10 janvier 2018

      Certains élus locaux adeptes de circumambulations gesticulatoires laissent à penser que le mal est déjà bien présent. Pour le 14 juillet, ils vont nous faire en plus un numéro de claquettes et un sourire à vendre des dentifrices? 😀

      Aimé par 1 personne

  4. Impressionnante maladie, d’autant plus à cette époque où l’on devait tout de même y voir une action du malin. Scientifiquement, cela pourrait s’expliquer par une infection au streptocoques bêta-hémolytique du groupe A (Chorée de Sydenham).
    Et bravo pour la mention de la Danse macabre de Camille Saint-Saens, c’est un de mes morceaux préférés !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Member of The Internet Defense League

%d blogueurs aiment cette page :